vendredi, mai 31, 2013

Pour gagner la guerre civile idéologique, encore faut-il se battre

La France est en guerre civile idéologique depuis deux cent cinquante ans.

La gauche de 2013 est particulièrement pugnace et mène cette guerre contre le peuple français sans complexes sur tous les fronts : dans les salles de mairie, devant le Palais de Justice, dans les hôpitaux, dans les commissariats, chez les médecins, chez les auto-entrepreneurs, dans les drives, à la terrasse des cafés, sur les feuilles d'imposition, à l'école, ...

Le principe est simple : l'Etat a vocation à être propriétaire de tout et à se mêler de tout. S'il vous laisse un peu de propriété et de liberté, de moins en moins, c'est simple tolérance de sa part, révocable à tout instant.

Mais il est facile de gagner une guerre quand l'ennemi ne se bat pas : NKM est une traitresse, Marine Le Pen s'enfuit en courant avec son escorte d'homosexuels chévènementistes et on en apprend de belles sur Jean-François Copé. Les autres sont à l'avenant.

Ils ont comme seule excuse que leur caractère d'arrivistes sans scrupules ni principes ne leur permet pas de comprendre la nature culturelle, pour ne pas dire spirituelle, du combat.

Le peuple français est bien seul. Son combat n'en est que plus méritoire.

Aucun commentaire: