jeudi, juin 27, 2013

Les vieilles idées de nos socialistes et la jeune science

Eric Zemmour et d'autres ont fait remarquer que le mariage homosexuel, loin d'être une «avancée» futuriste, était une vieille idée poussiéreuse de 68tards attardés (tout comme l'européisme est une idée de barbons du XIXème siècle (1)).

Or, nos socialistes ont des prétentions scientifiques : ils nous ont raconté que la science prouvait que les enfants élevés par des homosexuels n'avaient pas plus de problèmes que les autres, que la science validait la théorie du genre, que la science prouvait l'inexistence des races humaines, que le débat était clos sur le réchauffement anthropique et patati et patata. Ils ont même des prétentions scientifiques en économie (alors qu'ils appliquent des recettes dont l'échec est avéré - voir La connaissance inutile, de JF Revel).

Nos socialistes en sont restés à une science très datée, et complètement dépassée.

La même question s'est posée en Norvège suite à la série de reportages de 2010 que voici (chacun fait une quarantaine de minutes) :

Brainwashing in Norway part I Gender equality

Brainwashing in Norway part II 'The Parental Effect'

Brainwashing in Norway part III 'Gay/Straight'

Brainwashing in Norway part IV Violence

Brainwashing in Norway part V 'Sex'

Brainwashing in Norway part VI 'Race'

Brainwashing in Norway part VII 'Nature Vs Nurture'

C'est en anglais, mais très clair et didactique. Ce n'est pas une controverse scientifique, c'est une oeuvre journalistique orientée. Cela reste instructif.

L'intéressant de l'histoire est qu'un débat intense a suivi ces émissions et que le gouvernement norvégien a fermé le Nordic Gender Institute.

Autrement dit, nos socialistes adoptent la théorie du genre -même s'ils s'en défendent, les hypocrites- trois ans après qu'un de ces pays nordiques si souvent cités en exemple, eux si «avancés» et nous si «en retard», ait abandonné cette théorie comme erronée.

On pourrait faire le même constat sur chacun de ces domaines privilégiées de la bien pensance dans sa fuite de la réalité: race, éducation, criminalité ...

En Norvège, on est arrivé à se remettre en cause. En France, nous n'y arriverons pas avant que nous nous soyons pris le mur de la réalité dans la gueule et, même alors, nos sachant gauchistes résisteront toujours à cette irruption impolie de la réalité dans leurs fantasmes idéologiques.

Car, le mur de la réalité dans la gueule, nous nous le sommes déjà pris en matière de décomposition de la famille, d'immigration, d'éducation et d'économie, excusez du peu, et les bien-pensants nous expliquent que, si on en est là, c'est que l'on n'a pas fait encore assez d'«avancées» et qu'il faut faire plus de «pédagogie» (comprenez : de bourrage de crâne).

Comme tous les idéologues démentis par la réalité, ils pensent que c'est la réalité qui a tort. Mais la réalité se venge. Hélas, sans faire beaucoup de discrimination chez ses victimes.

******************
(1) : on peut accuser les conservateurs d'avoir les idées d'Edmund Burke du XVIIIème siècle. Certes, mais nous ne croyons pas au progrès humain, alors ce n'est pas infamant à nos yeux. Le problème de nos socialistes, c'est que leurs idées sont vieilles et ont été démenties, tandis que les idées de Burke sont vieilles et toujours valides.

Aucun commentaire: