samedi, août 24, 2013

Flingué de Marseille : les gauchistes sont vraiment des enflures

Ecoutez cette émission de RTL On refait le monde :

Flingué de Marseille : les gauchistes sont vraiment des enflures

Que nos racontent les raclures gauchistes, Askolovitch, Picard, Bailly ?

Que le type qui s'est fait descendre à Marseille était un allumé et un irresponsable, qu'il aurait du commencer par penser à sa famille et ne rien faire.

On notera au passage l'ignoble insistance de cet enfoiré d'Askolovitch sur «il a transformé deux jeunes en assassins», sous-entendu c'est de sa faute s'il s'est fait flinguer, les deux racailles ne sont pas responsables, et heureusement qu'il a eu le bon goût de mourir sinon il devrait leur présenter des excuses, à ces pauvres petites racailles chéries, qu'il a connement «transformé en assassins».

En revanche, il ne vient pas l'idée d'Askolovitch d'insister sur le fait que les deux racailles «l'ont transformé en mort».

Ces gauchistes sont vraiment des salopards. IIs nagent en pleine inversion des valeurs. Transformer la victime en responsable de sa mort, c'est fort, très fort. Je viens d'en vomir sur mes chaussures.

Il n'y a pas si longtemps, quand la France était encore la France et que les Français n'avaient pas été escouillés par l'Etat-mamma, on considérait qu'un héros était quelqu'un qui pouvait dépasser ses intérêts personnels, y compris éventuellement sa famille, par altruisme.

Mais, évidemment, pour un gauchiste bobo, par essence égoïste, c'est incompréhensible.

La suite ? On la connaît, puisqu'on la voit en Italie. Des milices d'autodéfense qui se substituent à la police et les médias qui trainent dans la boue les affreux fachisses. En France, c'est un peu plus long à venir, mais ça vient.

Nota : On Refait Le Monde est une émission qui promeut le débat «équilibré» à la mode du pâté d'alouette (un cheval, une alouette) : un droitier, trois gauchistes. Cela s'appelle l'odieuse domination des réacs sur les médias.

Addendum : un commentateur me fait remarquer à juste raison qu'une sénatrice socialiste volée à la tire, Mme Laurence Rossignol, s'est plainte de la «lâcheté collective».

Ca va devenir compliqué de vivre avec la délinquance.

Essayons d'y voir clair : quand la victime est un buraliste, il est irresponsable d'intervenir. Quand la victime est un sénateur socialiste, il est lâche de ne pas intervenir.

Bon, OK, les buralistes sont supposés être de droite, ce qui explique la différence de traitement. Mais si le buraliste se trouve, par une aberration statistique être socialiste, qu'est-ce qu'on fait ?

Et si la victime est un sénateur de droite ? D'accord, il est de droite. Mais, contrairement à un couillon de buraliste, il appartient à la caste dirigeante comme une sénatrice socialiste. Alors, solidarité de classe ou discrimination politique ? Lâcheté ou irresponsabilité ?

Donc, si vous êtes témoin d'un délit, les démarches sont les suivantes :

1) Renseignez vous sur la classe sociale de la victime (on peut aussi supposer que la carnation des délinquants entre en jeu mais ne compliquons pas tout, ça sera pour la prochaine fois).

2) Renseignez vous sur ses opinions politiques.

3) Si la victime est de gauche et de classe sociale supérieure, intervenez, sinon c'est lâche.

4) Si la victime est de droite et de classe sociale inférieure, n'intervenez pas, sinon c'est irresponsable.

6) Dans tous les autres cas, veuillez contacter Mme Laurence Rossignol, qui se fera un plaisir de vous conseiller (bin, oui, 'faut bien les occuper, nos sénateurs, sinon ils s'assoupissent).

Son adresse mail est la suivante :

l.rossignol@senat.fr

Si elle lit son Blackberry payé par le Sénat (c'est-à-dire nous) suffisamment souvent, il y a une chance qu'elle vous réponde avant que les malfaisants aient réussi à s'enfuir.

Vous éviterez ainsi les accusations infamantes de lâcheté et d'irresponsabilité. Elle est pas belle, la vie en socialie ?

Aucun commentaire: