jeudi, août 22, 2013

«Syrie : l'opération anti-Assad a commencé»

**************
INFO LE FIGARO - Selon nos informations, des opposants au régime, encadrés par des commandos jordaniens, israéliens et américains, progressent vers Damas depuis mi-août. Cette offensive pourrait expliquer le possible recours du président syrien à des armes chimiques.
**************

On parle également d'instructeurs français.

Je comprends l'intérêt américain dans cette affaire : soutenir les sunnites (c'est à mon avis une mauvaise idée, mais c'est la stratégie américaine dans la région) et emmerder les Russes. Je comprends déjà un peu moins l'intérêt israélien.

En revanche, j'ignore toujours qu'elle pourrait être l'intérêt de la France d'intervenir dans cette histoire, puisqu'elle a même abandonné sa mission historique de protection des chrétiens d'orient.

Il est vrai que nos politiciens ne réagissent pas suivant ces considérations rationnelles mais suivant des stimuli médiatiquement corrects savamment orchestrés. Il faut lire Désinformation : flagrant délit, de Vladimir Volkoff, pour se rendre compte à quel point nos politiciens sont vulnérables à une campagne médiatique bien menée.

C'est d'autant plus facile que nos politiciens (comme les journalistes) sont conditionnés à avoir un a priori favorable à l'analyse américaine à coup de droit-de-l'hommisme plus ou moins factice. Les politiciens français qui ont une analyse géostratégique personnelle se comptent sur les doigts des mains -si on est généreux, on y a joute les pieds- et on n'y trouve certainement pas le président du conseil général de Corrèze.

Leur faire avaler que les Gentils, ce sont les rebelles et que le Méchant, c'est Assad, est alors un jeu d'enfant. L'histoire d'attaque au gaz est tombe à pic, peu importe que la ficelle soit un peu grosse : ils vont avaler l'appât, l'hameçon et la ligne.

Dans ce contexte d'incompétence crasse, on peut s'attendre à tout, surtout au pire.

Aucun commentaire: