samedi, décembre 07, 2013

Aurais-je été couard sous le feu ?

Cette question hantait Jean Prévost, trop jeune pour participer à la première guerre mondiale : «Aurais-je été couard sous le feu ?».

Pour Prévost, nous avons la réponse : il fut l'un des organisateurs du Maquis du Vercors et il est mort dans une embuscade. Les témoignages ne laissent aucun doute sur sa personnalité magnétique et son courage.

Cette question hante-elle les jeunes Français de 2013 ? J'en doute.

Dans la dévirilisation générale (encore cette semaine, la loi pénalisant les clients de prostituées), il est douteux que les jeunes puissent avoir des pensées guerrières.

Oh, je sais ce que vous allez me dire : il y a encore qui ne sont pas dévirilisés et qui ont des pensées guerrières. Mais ils ne sont pas vraiment français, c'est même pour cela qu'ils se distinguent.

Revenons à nos jeunes Français. Ils s'épilent, ils se parfument, ils prennent soin de leur peau et sont coquettes comme de vielles poules.

Alors, ont-ils encore des angoisses viriles ? Je le crois. Elles ne s'expriment pas explicitement, ils ne se posent pas vraiment la question, mais tout de même elle affleure.

Ils trouvent un dérivatif dans le crash de la voiture de papa le samedi soir, dans les jeux videos hyper-violents, dans les sports à risque, dans les comportements à risque, mais comme c'est pauvre, tout cela.

Aucun commentaire: