dimanche, décembre 08, 2013

Défense ontologique de la chasse

Je défends la chasse bien que n'étant pas chasseur comme je défends la corrida bien que n'étant pas aficionado.

Je pense que l'homme est fondamentalement mauvais, ce que les chrétiens appellent le péché originel, ce que les évolutionnistes appellent sans doute un reste de l'âge des cavernes.

L'homme prend quelquefois plaisir à la violence et à la tuerie. Il est lui-même la proie de la maladie, de la souffrance et de la mort.

Que le tragique de la condition humaine soit ritualisé à travers la corrida et la chasse me paraît sain et honnête car conforme à la vérité des choses.

Inversement, vouloir dissimuler ce tragique, vouloir fuir la condition humaine, vouloir changer l'homme, en interdisant la chasse et la corrida (1), c'est un mensonge. Un mensonge sur ce que nous sommes, nous, humains. On retombe sur l'avertissement pascalien : qui veut faire l'Ange fait la Bête.

***********
(1) : dans une société qui tolère, voire encourage, 200 000 avortements par an et l'égorgement rituel, c'est mignon.

Aucun commentaire: