jeudi, avril 10, 2014

Valls veut démanteler la république, et alors ?

Valls veut démanteler la république

J'ai toujours été opposé à la suppression des départements et favorable à la suppression des régions, car l'inverse, supprimer les départements et agrandir les régions, me semble le prélude au démantèlement de la France, les grandes régions pouvant dialoguer directement avec la technocratie bruxelloise.

Bien sûr, tout à leur tropisme européiste et anti-national, c'est bien évidemment cette dernière solution que choisissent François Hollande et Manuel Valls (peu importent les mots ronflants qui font sonner le patriotisme du discours de politique générale, ils ne coutent pas cher).

Mais je me demande s'il ne faut pas faire contre mauvaise fortune bon coeur, si d'un mal ne peut pas sortir un bien :


• l'UERSS va être de fait renforcée, mais est-elle pérenne, de toute façon ?

• avec l'éclatement de la France, il va y avoir aussi, comme le titre Boulevard Voltaire, l'éclatement de la «raie publique», une dissolution du jacobinisme. Cela est sans conteste une excellente nouvelle.

• cela fait maintenant beau temps que je répète qu'avec l'information abondante et peu chère, l'avenir est aux petits pays, Suède, Suisse, etc.

Plus encore que la taille, l'essentiel est la gouvernance et celle des régions est désastreuse (clientélisme, gabegie, népotisme, corruption ...). Mais il ne faut pas désespérer : si les Français dépendent un peu plus de leur région, ils seront peut-être plus exigeants (on peut toujours rêver).

• pour la France, c'est l'ordalie. Autant l'UERSS est une construction artificielle, autant la France répond à des nécessités militaires et économiques. Les nécessités militaires sont estompées de nos jours, mais est-ce définitif ? Mon pari est que l'UERSS disparaîtra avant la France.

Le plus grand péril pour la France est le Grand Remplacement. Or, je me demande si des régions à forte identité et avec de l'autonomie ne sont pas en partie une solution. C'est une interrogation : la Bretagne a une forte identité et elle est quand même envahie.


Voilà aujourd'hui l'état de mes réflexions.



Aucun commentaire: