vendredi, mai 30, 2014

Le FN, glaciateur de la politique française

Interprétation personnelle d’un phénomène

Je résume la thèse de Maxime Tandonnet.

Le FN, par l'irréalisme de ses «solutions» et par la médiocrité de son personnel (un parti-affaire de famille, c'est rigolo cinq minutes, mais cela ne fait pas très sérieux), est un  parfait repoussoir qui joue dans la main du système.

Tant que le FN existe et qu'il est ce qu'il est,  la classe jacassante a beau jeu de rendre tabous les questions qui la gênent, sortie de l'Euro et immigration. Questions pourtant bien dignes d'un débat argumenté.

Le FN est la meilleure garantie que rien ne change. Il glace le paysage politique français.

Bien sûr, le FN n'existe que par la déficience de la droite traditionnelle.

Car le porteur naturel, de façon sérieuse et crédible, des questions d'immigration et de sortie de l'Euro, aurait dû être le RPR puis l'UMP. Mais le chiraquisme rad-soc est passé par là (quand il sera crevé, Chirac, je n'aurai pas une larme : comme premier ministre, deux fois, puis comme président, deux fois, il fut une catastrophe pour la France).

Finalement, tous les politiciens, UMP, FN, PS, UDI, FDG, sont d'accord sur une chose : désespérer les Français. Tous espèrent tirer, à leurs diverses manières, un avantage personnel de ce désespoir.

Malheur au peuple ainsi trahi par ses dirigeants !

Addendum :

Exemple du manque de sérieux du FN : la sortie de l'Euro.

Je suis d'accord qu'il faut sortir de l'Euro, mais prétendre comme le FN que cela sera quasi indolore et que cela résoudra presque tous nos problèmes, c'est du foutage de gueule. Ce n'est pas sérieux et les Français le savent.

Un discours du sang, de la sueur et des larmes sur ce sujet serait autrement plus crédible. Quelque chose comme «sans cet effort et ces sacrifices, nous resterions un pays à la traîne, oscillant perpétuellement entre le drame et la médiocrité».

On pourrait dire la même chose sur l'immigration : la politique envisagée par le FN suppose ni plus ni moins de sortir de l'UE. Je suis pour. Mais encore faudrait-il le dire eux Français.

Aucun commentaire: