dimanche, mai 04, 2014

Vente d'Alstom et faillite des «élites»

Vente d'Alstom ou faillite des «élites»

Christian Vanneste et l'Etat «stratège»

Autant je trouve que la mise en cause aujourd'hui, en 2014, des dirigeants d'Alstom est absurde, autant je trouve que ceux qui, dans les années 90, ont mené la France à des choix très néfastes, d'où résulte la situation d'Alstom doivent rendre de solides comptes.

Tous les connards et les connasses, comme de Robien, Tchuruk et Aubry, les chantres de la France sans usine et du partage du travail, devraient être fusillés. En effet, les décisions économiques ont de nos jours un tel impact sur la puissance et la souveraineté d'un pays qu'elles sont l'équivalent des décisions militaires d'antan.

Le ratage du tournant de la troisième révolution industrielle par Chirac, Jospin et leurs semblables est comparable à une défaite majeure. Il n'est donc pas incongru de songer à fusiller les mauvais généraux vaincus.

Christian Saint-Étienne a raison de faire remarquer que la fausse droite partage, sans toujours l'avouer, les analyses erronées de la gauche. Cette convergence explique que la droite n'ait pas aboli les 35 heures. C'est qu'au fond, elle était d'accord ou, pour le dire avec moins de brutalité, elle n'a pas su élaborer une analyse différente de celle qui mène au 35 heures.

Aucun commentaire: