dimanche, octobre 19, 2014

Le mariage de Figaro

A la sortie du film de Molinaro Beaumarchais l'insolent, un couillon de journaliste a osé dire à un Luchini interloqué que Beaumarchais était en quelque sorte le Bernard Tapie de son temps.

Luchini a répondu avec simplicité qu'il ne savait pas que Bernard Tapie avait écrit deux pièces immortelles.

Autant je n'aime pas les pièces de Marivaux,  autant il m'est difficile de comprendre comment on peut ne pas aimer Beaumarchais.

Figaro est attachant en diable. Et il a dans ces pièces une gaieté à laquelle il est difficile de résister. Mais ce n'est plus la gaieté lourde de la comédie italienne, c'est plus fin.

Le monologue de Figaro n'est pas le passage le plus gai, mais le plus connu :




Aucun commentaire: