dimanche, janvier 11, 2015

Charlie : victoire tactique, défaite stratégique ?

L'attaque japonaise de Pearl Harbour fut une remarquable victoire tactique et une non moins remarquable bourde stratégique.

Je me demande si l'attaque de Charlie Hebdo n'est pas le Pearl Harbour du terrorisme islamique en Europe.

Victoire de court terme : on ne parle que de cela. La tension monte.

Victoire de moyen terme : toute la classe dirigeante s'est déjà «repliée sur des positions stratégiques préparées à l'avance» (c'est l'expression usuelle dans l'armée française pour désigner une déroute d'anthologie suivie d'une fuite éperdue, le pantalon baissé sur les chevilles et la crotte au cul -Michel Houellebecq est un exemple assez comique parce que paradoxal).

La critique de l'islam par la classe dirigeante, journalistes et politiciens confondus, était déjà très très discrète, elle va devenir, masquée par le rideau de fumée des rodomontades sur la nécessaire liberté d'expression, impossible.

Mais est-ce pour autant une victoire de long terme ? Il se pourrait bien que, comme Pearl Harbour, ces attaques éveillent une résistance beaucoup plus forte que prévue par les attaquants.

Il faut remettre de l'ordre dans les chiffres.

On dira que la population musulmane représente 15 % de la population française (j'ai visé au milieu de la fourchette entre 6 et 12 millions).

Même si les zimmigris font plus de gosses que les blancos, il leur faudra au moins deux générations, soit cinquante ans, pour devenir majoritaires.

On peut bien sûr imaginer qu'ils prennent le pouvoir avant d'être majoritaires avec l'aide d'une classe dirigeante soumise d'avance (c'est déjà en partie le cas, il suffit d'entendre avec quelle révérence les medias parlent du «Prophète» et non  de Mahomet. J'aimerais bien qu'ils montrent la même révérence pour Notre Seigneur Jésus Christ).

Cependant le coeur de mon propos demeure : la Ripoublique Islamique Modérée du Frankistan (évidemment «modérée» comme on disait «démocratie populaire»), ce n'est pas pour demain, seulement pour après-demain si on ne fait rien.

En cinquante ans, il va se dérouler dix élections présidentielles. La France est encore assez forte, si le pouvoir le décide, pour faire retraverser la Méditerranée à bon nombre de ces gens et tenir la bride à ceux qui restent. Si l'une de ces dix élections présidentielles porte au pouvoir quelqu'un dont c'est le programme, les islamistes ne pèseront pas lourd.


*************
Nota : je vous rappelle mon point de vue sur les musulmans de France :

Les musulmans en France sont-ils les ennemis intérieurs de la France ?

Ce qu'un de mes lecteurs résume en : «le problème, ce n'est pas l'intolérance religieuse, ou les signes religieux. Le problème, c'est l'islam, et il faut le dire clairement. Je sus désolé pour tous les "musulmans modérés sympathiques etc...", mais si le prix à payer pour cohabiter avec une majorité pacifique est des attentats récurrents, je pense que nous avons le droit de faire le choix de ne pas cohabiter du tout.»

Ce que je résume encore plus : la seule manière de cohabiter durablement et paisiblement avec des musulmans en France, c'est qu'ils cessent d'être musulmans. Il deviennent ce qu'ils veulent : chrétiens, athées, juifs, bouddhistes, taoistes, mais pas musulmans. L'islam porte la guerre.

Aucun commentaire: