lundi, février 23, 2015

Quel lien entre la mort de Louis XVI, l'instauration de la République et la loi Macron ?

Quel lien entre la mort de Louis XVI, l'instauration de la République et la loi Macron ?

Je fais exactement la même analyse que Franck Ferrand. Je m'apprêtais à en faire un billet.

Que dit l'amendement Bareigts ? Que, dans les DOM-TOM, des jours fériés catholiques pourront être remplacés par des jours fériés musulmans (le mot « musulman » n'est pas prononcé, mais c'est bien de cela qu'il s'agit).

Après, la mécanique infernale est enclenchée : on remplacera l'Ascension par l'Aïd à Mayotte et on nous dira « Vous voyez, ça marche à Mayotte. Dans un souci de tolérance et de vivrensemble (ce sont toujours les mêmes de qui on exige - on ne demande pas, on exige - des efforts de tolérance, ceux-là qui, étant chez eux, devraient n'avoir à en faire aucun. C'est la tolérance à sens unique. Etrange, non ?), étendons cette belle mesure à la France entière ». Qui pourra aller contre ? Des minoritaires. Mais les politiciens voteront cette saloperie à l'unanimité, comme l'ont été, bizarrement, toutes les plus grandes saloperies des quatre dernières décennies. Il se trouvera toujours un Pétain, un Hollande, un Juppé ou un Sarkozy pour vendre la France pour un plat de lentilles.

Jusqu'à maintenant, la soumission à l'islam était locale : cantines hallal, horaires de piscines séparés, mosquées financées par des fonds publics ... Pour la première fois, elle devient nationale.

Les catholiques, dans leur masse, ne se défendent pas. Depuis longtemps, la « république » et le souci d'être à la mode progressiste (les fameuses valeurs chrétiennes devenues folles) leur ont coupé les couilles. Le clergé, sous prétexte des foutaises genre « religions du livre » et « dieu commun », est au premier rang pour courir à la servitude, décourageant toute velléité de résistance chez leurs ouailles. Les massacres de chrétiens par des musulmans sont poliment passés sous silence. Les discours, mièvres et sirupeux comme de coutume, pour habiller la lâcheté et le renoncement à soi-même, ne manquent pas. Pour se payer de mots, les candidats se bousculent. L'Eglise de France meurt de la mollesse de ses évêques.

Nous avons pris l'habitude la soumission à la dictature socialiste « républicaine », quand elle deviendra Ripoublique Islamique Modérée du Frankistan, il n'y aura pratiquement rien à changer, les cantines, l'habillement et les jours fériés seront déjà hallal. Le trou est déjà fait, il n'y aura même pas besoin de vaseline pour que ça passe.

Je ne suis pas le seul à le penser, mais est-ce vraiment une consolation, quand on est minoritaire et impuissant ?

Seuls les juifs, parce qu'il sont encore plus en première ligne que les chrétiens (mais quand ils auront tous rejoint Israël ou les Etats-Unis, les chrétiens s'apercevront un peu tard que c'est leur tour) pourraient réagir. Mais j'en doute : ils préférent se taire et prendre leurs cliques et leurs claques.

Il n'y a plus d'espoir, mais il y a encore la Foi.




Aucun commentaire: