vendredi, mars 20, 2015

Journée sans viande : cessons d'être bêtes !

Journée sans viande : cessons d'être bêtes !

Ils fustigent la vision anthropocentrique qu'ils souhaiteraient remplacer par une philosophie anthropomorphique où il s'agirait d'interpréter les comportements animaux comme des conduites humaines. Dès lors, leur démarche s'inscrit dans une logique émotionnelle: le consommateur est invité à ne pas suivre sa raison mais ses réactions affectives. Et l'on s'abstient de consommer de la viande, non pas parce qu'il s'agirait de raisonner tel ou tel excès mais bien parce que l'on songe au bien-être de l'animal et à la vieille sollicitude de l'homme envers la bête. L'antispécisme qui domine ce postulat marque une véritable rupture avec toute civilisation. On se refuse désormais à ce que l'homme soit unique; on ne veut plus qu'il soit le centre de ses propres préoccupations et l'on inflige ainsi une illusion humaine à l'animal dont, d'ailleurs, il ne saurait se rendre compte.

[…]

Les relations de l'homme vers l'animal se placent sous le signe de la morale humaine. Rien qui ne soit du respect car si l'homme est une fin en soi, l'animal ne l'est pas. En cela, il n'y a rien de commun entre ce qui fonde le respect des personnes et ce qui préside à la protection des espèces animales.


Je suis effrayé que des choses naguère évidentes soient à ce point méprisées que quelqu'un éprouve le besoin d'en écrire cet article. Et encore plus effrayé des réactions des commentateurs : pour la plupart, ils n'ont rien compris mais cela ne les empêche  pas « d'avoir la haine ».

Très peu de commentateurs pour défendre l'auteur.

C'est sûrement une des choses les plus effrayantes qui puissent exister : la haine des imbéciles et qu'ils soient majoritaires.

Je n'ai jamais maltraité un animal et je n'ai pas l'intention de le faire. Mais cela ne m'empêche pas de considérer qu'il y a une distance infinie entre un animal et un humain. C'est pourquoi je suis très perturbé par ces scènes urbaines banales où l'on voit un humain traiter un animal domestique comme un  enfant.

Car l'enjeu n'est pas mince : il s'agit de la dignité humaine, de la spécificité de l'homme, de ce qui le rend unique et incomparable. Pour dire des gros mots, fait à l'image de Dieu. Saint François d'Assise ne passait pas pour être hostile aux animaux, mais il ne les aurait pas traités comme des hommes. Lorsqu'on commence à traiter les animaux comme des hommes, il ne faut pas longtemps pour traiter les hommes comme des animaux.

Dans notre monde, la notion de dignité humaine est en constant recul : avortement, euthanasie, eugénisme, manipulations génétiques, droits des animaux (qui sont anecdotiques par rapport à tout le reste) ...

Je suis épouvanté par le monde qui se crée sous nos yeux.

La cause est connue : le christianisme a inventé la dignité humaine, la déchristianisation la fait disparaître. Si l'homme n'est plus à l'image de Dieu, si Dieu n'a pas sacrifié Son fils pour renouveler Son alliance avec Sa créature, alors chaque homme n'a plus une valeur spéciale.

Pour Chantal Delsol, il est possible que cela soit l'ordre éternel des civilisations et que le christianisme ne fût qu'une parenthèse originale et quelque peu fantasque. Mais le monde dans lequel j'ai été élevé est dans cette parenthèse et je n'en désire pas d'autre.

On peut tenter de se rassurer avec Chesterton : on ne peut pas faire que ce qui a été n'ait pas existé. Une fois le christianisme inventé, il démode tout ce qu'il y avait avant lui et jamais on ne pourra y revenir.

Hélas, le raisonnement chestertonien est bon pour les intellectuels qui ont quelques notions de christianisme, mais, pour les autres, qui sont tellement ignorants que c'est comme si le Christ n'avait pas existé ? Notre serial-commentateur Curmu nous racontait avoir acheté un DVD La Passion du Christ. Au moment de payer, le gentil caissier lui dit : « Je ne connais pas l'histoire. C'est bien ? ». Curmu a du ressentir un grand moment de solitude.

Le même grand moment de solitude que je ressens chaque jour en lisant l'actualité.









Aucun commentaire: