samedi, mars 21, 2015

Trouble in paradise (E. Lubitsch)

Un film d'avant le code Hayes.

La scène de séduction, toute en taquinerie, en humour et en domination (et vous remarquerez que c'est la femme qui domine), est l'une des plus sensuelles, pour ne pas dire sexuelles, que j'ai vues (surtout qu'elle est précédée d'allusion à la fessée ! Et aussi d'un jeu de claquements de portes et de va-et-vient entre les chambres qui ne laisse aucun doute sur la nature de leurs relations). On est loin de la mièvrerie de certaines comédies.

Kay Francis joue avec son partenaire à quelques centimètres comme le chat avec la souris. «Du cul, du cul, du cul», c'est vite fade.

Et puis, un film où il n'y a que des gens intelligents, sensibles, de bon goût, élitistes et parfois riches, ça change du misérabilisme bobo du cinéma subventionné à la française. C'est l'anti-«je l'avoue, je n'aime pas les riches» !


Aucun commentaire: