mercredi, juin 17, 2015

Cette guerre de religions qui vient (sauf qu'elle est déjà là)

Immigration : «nos sociétés ont atteint un point de rupture»

*********************
Nous vivons dans un apartheid de facto. Les populations autochtones prétendent ne pas voir, ou même apprécier, la dilution de leur culture nationale; elles font semblant de ne pas voir, ou d'apprécier, la transformation de leurs rues, les mosquées qui surgissent, les écoles, les hôpitaux et les systèmes sociaux qui s'effondrent. Mais, pour l'essentiel, cette «tolérance» indigène est un énorme mensonge comme l'est désormais l'«intégration» supposée des immigrants. Et en attendant , les gens votent avec leurs pieds.

Nous assistons à un grand spectacle théâtral et plus vite qu'on ne le croit, le rideau va tomber. Quand cela arrivera, les choses deviendront très rudes et désagréables. Voilà ce que la gauche a favorisé dans nos pays, accéléré par l'UE et ses frontières grandes ouvertes. Cela doit cesser de toute urgence si nous voulons maintenir la paix sociale, la démocratie et la primauté du droit.
*********************

Débat Onfray-Zemmour arbitré par Giesbert :



Comme d'habitude, Onfray raconte beaucoup de conneries et Giesbert est un enfoiré qui essaie plusieurs fois de pourrir le débat (ses échecs sont réjouissants). Et, comme d'habitude, le discours de Zemmour est plus structuré et appuyé sur la réalité.

Digression. L'unanimité (Giesbert, Onfray et le public) contre Zemmour lorsqu'il tente de décrire l'ancienne condition féminine et s'insurge contre les clichés féministes est tout à fait amusante pour le misanthrope que je suis, elle prouve que j'ai raison de trouver que les gens sont un peu plus cons qu'il n'est raisonnable.

On dirait que la littérature et l'histoire occidentales, si pleines de rapports amoureux, de femmes d'influence, d'amour courtois, de fine amor, ont disparu dans un gigantesque trou noir. Revel disait «L'idéologie, c'est ce qui parle à votre place», ce petit passage en est un magnifique exemple.



Aucun commentaire: