dimanche, juin 14, 2015

Clinton : le retour de la vieille peau (2)

Un dialogue bien désespérant sous le billet Le retour de la vieille peau :




Le plus remarquable n'est pas que l'Amérique n'ait pas mieux à proposer. Non, le plus remarquable, c'est que malgré les casseroles qu'Hillary se traîne et à côté desquelles Obama passerait pour un Thomas Jefferson, la machine est tellement gigantesque, le consentement du public conditionné à un tel degré de perfection, qu'elle a toutes les chances de remporter l'élection comme prévu, en dépit de son abyssale nullité, face à un camp républicain divisé et boiteux. D'un point de vue politique ce n'est certes pas une bonne nouvelle, mais d'un point de vue stratégique, on ne peut qu'admirer la mainmise du camp progressiste sur les restes de ce qui fut un jour la démocratie américaine.
Regardez par exemple cet article de Politico, merveille absolue de courtisanerie veule et de propagande implacable sur la "grand-mère de l'Amérique" (sic) :
http://www.politico.com/magazi...
Sinon dans les avancées tactiques du progressisme enragé, on peut noter que la conquête du Vatican se déroule bien.
http://www.breitbart.com/big-g...



    • Photo d'avatar



      Le problème est que je suis d'accord avec vous. La situation est vraiment désespérante.
      Quand on pense qu'en France, le système (j'entends par là les institutions plus le fonctionnement de la classe dirigeante) a réussi à imposer sans trop de difficultés François Hollande, dont tout esprit un peu dégourdi avait des raisons objectives de savoir qu'il serait nul, est affligeant.
      Bien sûr, il y a l'argument massue «Mais vous avez vu ce qu'il y avait en face ?». C'est une des forces du système que de proposer des choix qui n'en sont pas vraiment.
      Désespérant est vraiment le mot juste.





      Cela nous vaut tout de même ce superbe cliché :





      Aucun commentaire: