mardi, juin 30, 2015

Hommage à Charles Pasqua

«Pasqua, c'était la France qui se fichait bien de paraître ringarde devant les bons esprits»

*************
Il ne s'agit pas de faire ici le portrait d'un ange. Mais c'est probablement le génie de la politique de révéler à la fois les faces sombres et lumineuses de l'homme - et souvent, d'un homme en particulier. 

L'espèce d'intégrisme éthique qui domine notre époque obsédée maladivement par la transparence traduit souvent un esprit profondément antipolitique, qui ne se résigne pas à la part d'ombre inévitable dans l'organisation et la gestion de la cité. C'est le signe d'une époque qui comprend finalement bien mal la bête humaine et ses contrastes. 
*************

Les Vallaud-Belkacem, Peillon, Hollande, Valls, Sarkozy  qui ont passé leurs vies à bâtir leur carrière  politique loin de la «vraie vie» n'arrivent pas à la cheville de Pasqua qui, lui, était bien vivant.

On savourera cette sortie de Pasqua :

«Quant à François Hollande, soyons clairs : il était fait pour être adjoint du préfet de Tulle ou sous-président de la commission des fêtes du conseil général de Corrèze, mais certainement pas président de la République».

Comme Bock-Coté, je ressens très fort cette inhumanité de nos dirigeants, leur complète méconnaissance de la nature humaine au-delà de leur petit milieu de clones (et de clowns) politiciens, cela se traduit politiquement , par exemple, dans la dénaturation du mariage et dans leur façon de qualifier systématiquement, et bêtement, les islamistes de «déséquilibrés».

Quelqu'un a dit de François Hollande : «Il est sans affect». Terrifiant.





Aucun commentaire: