mardi, juillet 14, 2015

Euro : tout le monde il a tort d'avoir raison

Certes, le mercantilisme allemand est une folie économique.

Mais les Allemands ont raison de vouloir des budgets équilibrés, ne serait-ce qu'à cause du vieillissement des populations européennes. Et ils ont raison, au moins en partie, de réclamer l'argent qu'ils ont prêté.

Sans être tous à équilibre, nous pourrions au moins nous efforcer de nous en rapprocher.

Les Grecs ont raison de dire que l'argent leur a été prêté non pour les sauver, mais pour sauver les banques allemandes (et françaises) -le FMI l'a admis-, que leur dette est impossible à rembourser et que ce n'est pas aux Allemands de leur dicter leur politique économique.

Alors tout le monde a raison sur des positions contradictoires, comment résout-on ce paradoxe ?

C'est simple : tout le monde, Allemands et Grecs, a tort de vouloir rester dans l'Euro. Surtout les Grecs, puisque l'Euro est un Mark déguisé.

Si les Grecs et les Allemands n'étaient pas liés par l'Euro, il n'y aurait aucun problème. Les Allemands et les Grecs seraient déliés de ce noeud absurde. Les Allemands auraient moins prêté aux Grecs, la drachme aurait dévalué plusieurs fois et tout cela se serait démerdé le plus naturellement du monde.

Il me semblait que les Grecs étaient spécialistes en tranchage de noeuds gordiens. A l'évidence, Alexis n'est pas Alexandre (bon, elle est facile, celle-là).

Mais, pendant ce temps, les technocrates dont l'Euro est le jouet se gobergent à Bruxelles, à Paris, à Francfort, à Berlin et peut-être même à Athènes. N'est-ce pas là l'essentiel ?










Aucun commentaire: