mercredi, septembre 16, 2015

Quelques commentaires sur l'invasion migratoire

Ce billet a suscité des commentaires intéressants :

*************


Hier lundi 14 septembre 2015, à 19 h 20, j'ai entendu pour la première fois France-Info rapporter que, selon les Allemands, 40 % des migrants dont il est question en ce moment proviendraient des Balkans. Or jusqu'ici, on me disait que l'immense majorité venait de Syrie.
*************

*************


Fabrice Leggeri, directeur de Frontex, propos rapportés par l'AFP et repris notamment par Europe 1:
Être "vigilant" par rapport à de possibles terroristes. "Il y a des personnes qui aujourd'hui sont en Turquie, achètent des faux passeports syriens parce qu'elles ont évidemment compris qu'il y a un effet d'aubaine puisque les Syriens obtiennent le droit d'asile dans tous les Etats membres de l'Union européenne", a-t-il indiqué. "Les personnes qui utilisent les faux passeports syriens souvent s'expriment en langue arabe. Elles peuvent être originaires d'Afrique du Nord, du Proche-Orient mais elles ont plutôt un profil de migrant économique", a ajouté Fabrice Leggeri.
*************

Les gauchistes immigrationnistes me font des sermons (hier, j'ai eu droit à un superbe) sur «notre devoir moral» mais rentrent pas dans ce genre de «détail». Bizarre autant qu'étrange. Il est vrai qu'en bons gauchistes, la réalité les intéresse bien peu, l'essentiel est de pouvoir admirer sa belle âme dans le miroir.


*************


Je serais tout à fait émerveillé si un tiers seulement de cette vague de migrants était composé de vrais Syriens venant de zones en guerre. Les candidats au départ en Afrique du Nord, au Proche-Orient et dans les Balkans sont moins stupides que les prêcheurs européens, ils lisent correctement l'effet d'aubaine.
Il faut bien réaliser que les faits n'ont plus aucune importance, l'Europe progressiste est engagée dans un exercice de narcissisme autour de son propre altruisme, dans lequel elle met une rage et une énergie qui confinent à la démence.
Les réfugiés eux-mêmes n'ont d'importance que dans la mesure où ils servent le statut de ceux qui prêchent publiquement en leur faveur auprès de la Cathédrale. Ce qui importe vraiment, c'est de régler une fois encore leur compte aux nazis.
*************

«Démence», c'est aussi le mot qui me vient à l'esprit.

«Ivresse», également : les gauchistes semblent enivrés par leur propre narcissisme, par leurs propres mots, par le son de leur propre voix, au point de rentrer dans une escalade pour ne plus avoir à se retourner, pour ne plus pouvoir prendre de recul, pour toujours aller plus loin dans la connerie suicidaire, pour créer un fait accompli, un point de non-retour, qui les délivrerait définitivement de leur pays, de leur origine, de leur histoire, de leurs fidélités obligatoires et imposées, d'avoir à penser.

Cela me rappelle la blague sur les Polytechniciens «La différence entre un train et un Polytechnicien ? Le train, quand il déraille, il s'arrête». Nous pouvons dire la même chose des gauchistes, en pire «La différence entre un train et un gauchiste ? Le train, quand il déraille, il s'arrête. Le gauchiste, lui, accélère».

Je m'avoue désemparé : comment arrête-on un train fou qui a déraillé depuis longtemps ?














Aucun commentaire: