mardi, mars 15, 2016

Barbante affaire Barbarin

En fait, il n'y a pas d'affaire Barbarin : des salopiauds médiatiques lui reprochent de ne pas avoir éloigné un prêtre présumé pédophile vingt ans après les faits. Cela pue à plein nez la vengeance de la Manif Pour Tous.

Et le charmant public de tomber dans le panneau à toute berzingue. Remarquez bien, il suffit de se souvenir qu'il s'est trouvé une majorité pour élire François Hollande pour savoir ce qu'il faut en penser, de l'avis du grand public

Le seul reproche que je puisse faire à Mgr Barbarin, c'est de rester sur la défensive, de ne pas passer à l'offensive.

Quant aux victimes ou prétendues telles, elles ne gagneront rien à un procès si tardif qu'une ré-ouverture des plaies, à supposer qu'il y ait un quelconque procès, vu que les bases juridiques de ces histoires semblent très très faibles.





Voilà quelque temps que nous n'avions pas eu de grand lynchage médiatique. La France se donne un nouveau bouc émissaire en la personne de Monseigneur Barbarin, traîné dans la boue par l'ensemble des médias, une partie de la presse et jusqu'au plus haut sommet de l'Etat, où on l'invite à "prendre enfin ses responsabilités", c'est-à-dire à démissionner ce qui revient à un aveu de culpabilité. L'archevêque de Lyon est accusé de ne pas avoir dénoncé des actes pédophiles. Lui dément et clame son innocence. Pour la France d'en haut dans son ensemble, médiatique, politique, intellectuelle , il est par définition coupable. La présomption d'innocence? Quelle plaisanterie! La séparation de l'Eglise et de l'Etat et l'indépendance de la justice? Oubliées, foulées au pied. Coupable, on vous dit. Coupable, par définition. Pensez-vous, un prélat catholique, hostile au "mariage pour tous", la belle aubaine, la belle revanche. Un magnifique scandale qui tombe à pic pour tout faire oublier, le chômage, le terrorisme, les impostures, la violence, la corruption, les reculades et les échecs. Quel drôle de pays. Avez-vous remarqué ? Pas un homme politique, de droite, de gauche ou des extrêmes, pas un, pas un intellectuel à ma connaissance, pour en appeler au respect de la présomption d'innocence. Tous transis de frousse, tétanisés à l'idée de se voir contaminés par la mise à l'index dont le cardinal fait l'objet. Monseigneur Barbarin est aujourd'hui traîné dans la boue, lynché, jeté à terre et roué de coup, avant même son jugement, alors qu'il clame son innocence, et en l'absence de toute preuve d'une responsabilité personnelle. Dans le même temps, certains grands pontes de la "France d'en haut", de grands politiciens respectés et reconnus ont jadis exprimé par écrit leur penchant pédophile dans la plus grande indifférence et sans que personne ne s'en émeuve. Cela aurait-il nui à leur belle carrière ? Même pas.  Oh, ce n'est pas parce qu'il est catholique que je défends le cardinal Barbarin, j'en ferai exactement autant pour toute autre personne placée dans la même situation. Si je réagis, c'est uniquement parce que Monseigneur est un homme seul et traqué, et par horreur de la bêtise humaine, de la lâcheté, et de la méchanceté, poussées à une telle extrémité.

Maxime TANDONNET

Aucun commentaire: