mardi, mars 22, 2016

Pauvre Belgique : EIIL, c’est pas la compagnie Simoun

Passons vite sur les considérations politiques à propos des attentats bruxellois : c’est toujours la même pathétique rengaine, alliant effusion lacrymale, gesticulation symbolique et refus de la puissance souveraine (1).

C’est tout juste s’ils ne vont pas nous sortir une « marche blanche », vous savez, le truc qui a si bien marché pour empêcher Dutroux de violer les petites filles.

Une considération technique m’inquiète (sans, hélas, me surprendre) : des attentats-suicides synchronisés demandent une certaine expertise. Plus que, disons, prendre une kalach et tirer dans le tas. Il faut des explosifs, des détonateurs, préparer et motiver le suicidé.

Certes, les islamistes pratiquent la chose par centaines tous les ans et ont l’habitude. Mais tout de même … On sent bien que le niveau de l’ennemi qui vit chez nous monte. Et avec les djihadistes-retours de Syrie, notre situation ne va pas s’arranger. Et nous avons toujours un temps de retard : trop peu, trop tard.




**************
(1) : refus de la puissance souveraine. Refus de : reconquérir les territoires perdus du pays (court terme : quadrillage policier et entôlage. Long terme : arrêt de l’immigration qui alimente sans cesse ces quartiers de nouveaux venus), fermer les mosquées extrémistes, interdire le communautarisme musulman (voiles, prénoms, piscines séparées, menus cantines, …), réduire la voilure dans nos relations avec les pays du Golfe, expulser a priori, interdire la double nationalité, déchoir de la nationalité française etc.

Toutes les déclarations du genre « Plus rien ne sera jamais comme avant », on les a déjà entendues mille fois et l'on sait que c'est un signal pour dire au contraire « Tout va continuer comme avant (sauf qu'on va emmerder encore plus ceux qui n'y sont pour rien) ». C'est la même blague que « Le changement c'est maintenant » pour dire qu'on ne touchera à rien.  Le seul discours qui nous prouverait que plus rien ne sera vraiment comme avant et nous rassurerait, c'est le discours nous expliquant comment on arrête totalement l'immigration musulmane et comment on force les musulmans déjà présents à s'intégrer ou à repartir.



Aucun commentaire: