jeudi, mai 19, 2016

Éric Zemmour: Les droits de l'homme ou la vie

Éric Zemmour: Les droits de l'homme ou la vie

*************
La boucle était bouclée. Celle qui tourne des droits de l'homme à l'islam. D'une religion à l'autre. D'un ordre totalitaire qui empiète sur la sphère privée (le principe de non-discrimination) à un ordre totalitaire qui nie la distinction entre sphère privée et sphère publique (l'islam). Les peuples européens sont coincés entre le marteau et l'enclume, menacés de mort: « Le millénarisme immigrationniste est de nature totalitaire… Il a remplacé le combat communiste pour la destruction des bourgeoisies par le combat pour la destruction des nations européennes. »  L'analyse est implacable, le constat accablant, l'impasse totale. L'issue radicale. « Il est indispensable de discriminer… Soumettre l'islam à un statut dérogatoire pour le contraindre à se limiter à la sphère privée… S'inspirer du modèle discriminatoire suisse… La France ne peut espérer survivre qu'en rompant avec son culte de la non-discrimination. »

Les droits de l'homme ou la vie. On connaît d'avance la réponse de nos élites politiques, intellectuelles, médiatiques, culturelles, artistiques, économiques : les droits de l'homme. Au nom des grands principes et des grands sentiments. Et aussi des petits calculs et petits intérêts. D'un amour de l'Autre jusqu'au mépris et la haine de soi. C'est la reprise de la célèbre formule de Robespierre : « que l'Empire périsse pourvu que les principes demeurent ». Sauf que l'Empire, c'est la France et les Français. Les deux camps vont dans l'avenir se conforter, s'insulter, s'affronter. Les droits-de-l'hommistes contre les populistes. Chacun flirtant avec sa propre caricature et ses certitudes. Chacun prétendra agir pour éviter « la guerre civile » qui vient. En vain.
*************

Un mien collègue a résumé excellemment la chose. Le socialisme, c'est : « Je suis généreux avec l'argent des autres ». Le droit-de-l'hommisme, c'est : « Je suis généreux avec le sang des autres ».

Souvenons-nous des guerres révolutionnaires, napoléoniennes et de colonisation, toutes inspirées, d'une manière ou d'une autre, par le messianisme droit-de-l'hommiste.

Et ça continue.

Comme le dit le chanteur des Eagles of death metal, certains occidentaux préfèrent mourir plutôt que de passer pour racistes ou islamophobes.

Bien plus dégueulasse encore, nos gouvernants préfèrent que nous mourrions (car eux sont fort peu menacés par les attentats) plutôt que leur belle image de citoyens du monde non-discriminants soit entamée.








Aucun commentaire: