samedi, mai 07, 2016

Une enfance française (et pourquoi les musulmans sont inassimilables)

Voici comment Georges Pompidou décrit son enfance :

***************
Mon père attachait aux études une telle importance qu'il faisait à mes yeux figure de persécuteur. […] Plus tard, ayant perdue [ma mère], je devais connaître le vrai visage de mon père, marqué par la bonté  poussée jusqu'à la faiblesse, et que j'avais mal jugé dans mon enfance

[…]

Mon père et ma mère appartenaient profondément à la race française, dure au travail, économe, croyant au mérite, aux vertus de l'esprit, aux qualités du coeur. Je n'ai pas eu une enfance gâtée. Mais, de si loin que je remonte, je n'ai reçu que des leçons de droiture, d'honnêteté et de travail. Il en reste toujours quelque chose.
***************

Tout est dit d'une enfance française idéale.

Et l'on comprend aussi pourquoi les musulmans sont inassimilables. Dans la culture musulmane, l'honnêteté et la droiture sont des faiblesses, la force et la ruse priment, le travail est une occupation d'esclave, d'inférieur, et il n'y a pas la culture de l'intellect, il n'y a pas la vénération des livres (et non pas « du » livre) de l'école (et non pas de la madrasa), qu'on retrouve dans d'autres populations que chez les vieux Français paysans, chez les juifs, chez les asiatiques ...

Bien sûr, il y a des musulmans droits, honnêtes, travailleurs et valorisant les études. Mais c'est à titre individuel, au rebours de leur culture.

Bref, la présence en France de millions de musulmans qui restent musulmans est une folie furieuse et suicidaire.

Et si l'on voulait saisir la chance infime qu'il y a d'assimiler des musulmans, on ferait le contraire de ce que l'on fait. Georges Pompidou encore :

***************
A neuf ans, sortant [de la classe de M. Delga au lycéé d'Albi], je possédais tout ce qui constitue l'acquis fondamental : orthographe et grammaire, me permettant d'écrire et de parler en français, notions de base d'arithmétique, calcul mental, histoire et géographie de la France.
***************

Ceux qui ont ou connaissent des enfants de cet âge mesurent le gouffre qui sépare l'école du petit Pompidou de l'école actuelle, qui coûte pourtant beaucoup plus cher (c'est le prix de la bêtise et de l'idéologie).

Aucun commentaire: