mercredi, juin 29, 2016

Les politiciens français n'ont pas compris le Brexit (comme prévu)

Comme prévu, les politiciens français, à part le FN bien sûr, n'ont pas voulu entendre l'argument fondamental du Brexit « La supranationalité est, par nature, anti-démocratique ».

Pas un n'a discuté cet argument, pourtant essentiel. Ils sont allés au plus simple, ils l'ont ignoré, ils ont fait comme s'il n'avait jamais été émis. Ils ont tous raconté des conneries périphériques du genre « Mieux d'Europe ». On sait pourquoi : ils n'aiment ni la France ni la démocratie et prennent le machin bruxellois pour une culte vaudou.

La droite aurait pu se souvenir de Séguin et Pasqua. Même pas. Il a bonne mine ce grand con tout mou de Fillon à se réclamer de Séguin (pour mémoire, ce discours, qu'il faut bien appler prophétique : Discours de Philippe Seguin 1992).

Aucun recul, aucune profondeur, affligeant. Ils ont des excuses : quand on est ignare, difficile d'avoir de la profondeur.

La prochaine fois qu'un peuple européen leur dira « Merde », ils prendront encore leurs têtes d'enfants surpris d'être battus, comme si c'était une première.

Les européistes, il ne faut pas discuter avec. Ça ne sert à rien, ils sont autistes. Il faut s'en débarrasser.

Nota 1 : Philippe de Villiers est optimiste. Ils pensent que les politiciens français sont tellement lâches qu'il n'y aura pas besoin de les fusiller, qu'il suffit aux conservateurs de gagner la guerre culturelle pour que les politicards retournent leur veste. Je n'en suis pas si sûr.

Nota 2 : je lis les journaux anglais et il commence à y avoir des articles sur la mise en oeuvre du Brexit. Hé bien, vous savez quoi ? C'est compliqué mais tout à fait faisable. Les Anglais ont bien raison de prendre leur temps.

Aucun commentaire: