samedi, juillet 23, 2016

La réaction nobiliaire, suite et pas fin

Jean-Marie Le Guen bientôt conseiller d’Erdogan ?



**************
Donc, un ministre de la République peut, sans démissionner dans la minute, expliquer que la démocratie, c’est ne pas critiquer l’Etat. Après l’avalanche d’insultes et de haine contre le suffrage universel à l’issue du referendum britannique, la classe politique française franchit une nouvelle étape dans son dévoilement. Elle ne se cache plus pour dire que, selon elle, la démocratie consiste à ne pas critiquer la classe dirigeante. Et que toute critique contre la classe dirigeante est la manifestation de la tyrannie.

Sous l’Ancien Régime, cette inversion des vérités s’était appelée la réaction nobiliaire. Menacée par une société nouvelle, l’aristocratie française, dans les années 1770 et 1780, s’était raidie sur ses privilèges en vilipendant le tiers état.

Merci, Jean-Marie, d’illustrer aussi parfaitement la nouvelle réaction nobiliaire.
**************

Je suis sur la même longueur qu'Eric Verhaeghe. Ce n'est pas la première fois que le sujet est évoqué ici : La réaction aristocratique des hauts fonctionnaires.

Le mépris de la France d'en haut pour les sans-dents, d'après les témoignages que j'en ai et d'après ce qui affleure en public, prend des dimensions proprement cataclysmiques (je crains que ces fous ne déclenchent vraiment un cataclysme).

Nous, les manants, sommes vus comme des emmerdeurs tout juste bons à être pressurés par le fisc ou assistés avec condescendance.

Mais les Français leur rendent bien le mépris. C'est cela, qui rend la situation explosive.







Aucun commentaire: