mardi, août 23, 2016

La tyrannie molle et l’oubli de la liberté

Quand je dis que nous vivons sous une tyrannie molle, beaucoup m’approuvent mais d’autres contestent, estimant que j’exagère.

La discussion fait vite apparaître que nombre de nos contemporains ignorent ce qu’est une société libre. C’est assez désespérant.

En voici quelques caractéristiques :

♘ respect de la vie privée (donc pas d’hygiénisme).

♘ des lois peu nombreuses, simples et fortes, compréhensibles par tous (tu ne tueras point, tu ne voleras point, etc.).

♘ liberté d’expression et de communication (je vous rappelle qu’aujourd’hui, on peut être condamné pour des propos « racistes » tenus en privé).

♘ liberté de disposer de ses biens, donc impôts bas et réglementation légère (car, les impôts et les règlements vous enlèvent toujours d’une manière ou d’une autre la jouissance d’une partie de vos biens).

♘ permis de posséder et de porter une arme (car c’est, comme la propriété privée, et encore plus qu’elle, la garantie ultime que vous serez respecté).

 ♘liberté d’installation, d’association et de profession.

 ♘ liberté de culte.

 ♘ liberté d’éducation.

♘ participation au gouvernement, soit directement, en étant élu ou tiré au sort, soit indirectement, en votant.

♘ souveraineté populaire.

♘ respect des traditions (la tradition est la démocratie des morts, d'après Chesterton).

♘ respect des frontières (car les lois, la souveraineté populaire et la participation au gouvernement n'existent qu'à l'intérieur de frontières nettes et forts).

On peut en trouver d’autres.

La société libre idéale n’a jamais existé mais il est possible de s’en rapprocher ou de s’en éloigner. Nous en sommes très loin. Un Français d’avant 1914, ou même d’avant 1939, était, malgré la lourde contrainte du service militaire, beaucoup plus libre qu’un Français de 2016. Nous sommes tellement habitués à nos chaines, faites de lois, de règlements et d’impôts, que nous en venons à les oublier, mais elles existent bel et bien.



Aucun commentaire: