jeudi, septembre 08, 2016

Forges-les bains et les envahisseurs : un bon résumé

C'est un bon résumé :

> le peuple en colère qui chante la Marseillaise.

> des caritatifs cathos qui ne comprennent rien, ne veulent rien comprendre et font une analyse sentimentale (et donc individuelle) d'un problème politique (voir Marcel Gauchet dans Causeur : "Pour nos élites, il est inconcevable que l'immigration pose un problème"). Périssent le peuple et le pays plutôt que de cesser d'exposer ma belle âme.

> des autorités qui passent en force.

> des journalistes qui font un article orienté.



*******
Des huées et une Marseillaise à tout rompre: la réunion publique d'information à Forges-les-Bains, dans l'Essonne, sur l'ouverture du futur centre d'accueil pour migrants s'est déroulée, hier, dans une ambiance houleuse, au lendemain de l'incendie du bâtiment.

«Je n'ai jamais vécu cela jusqu'alors. (...) La haine est là mais je continuerai à me battre pour que nous vivions tous ensemble», a lancé devant la presse Aurélie El Hassak-Marzorati, directrice générale adjointe d'Emmaüs solidarités, en quittant la salle communale après plus de deux heures d'échanges très vifs avec un public de plus de 500 personnes sur ce projet que l'association doit encadrer.

Cette réunion publique avec la préfète de l'Essonne et la municipalité était prévue à l'origine dans quelques jours. Elle a été avancée après l'incendie qui a détruit dans la nuit de lundi à mardi une partie du futur centre d'accueil pour migrants de cette commune de 4000 habitants. La piste criminelle est privilégiée par la justice dans cette affaire.

Les habitants étaient très majoritairement venus, hier, crier leur peur face à l'ouverture de ce centre, qui appartient à la ville de Paris et doit accueillir prochainement au moins 91 hommes migrants de diverses nationalités.

«Démission!», «Casse-toi!»: la maire (sans étiquette), Marie Lespert Chabrier, qui a regretté d'avoir «été informée tardivement du projet» et dénonce le manque de consultation de l'Etat, a été accueillie par les quolibets.
*******

Aucun commentaire: