lundi, octobre 24, 2016

Colère des policiers : justice, un bouc-émissaire pour détourner l'attention des responsabilités hiérarchiques, syndicales et politiques

Les juges ont d'énormes défauts, certes. Mais il convient de rappeler qu'ils ne décident ni des lois, ni de construire des places de prison, ni de l'organisation de la police, ni de ses priorités, ni de sa (non)gestion du personnel, ni de ses revendications, ni de la manière de les pousser ou non (les policiers sont comme tous les Français : leurs représentants ne les représentent pas. C'est la démocratie représentative à la française : sans démocratie, ni représentation).

Aucun commentaire: