samedi, octobre 22, 2016

Voyage à travers le cinéma français

Si vous êtes de ces béotiens qui ne connaissez pas Mireille Balin ou Michel Simon, passez votre chemin. Ce documentaire de 3h (et Tavernier prévoit une suite !) n'est pas pour vous.

J'ai de l'estime pour Tavernier bien qu'il soit un sale gauchiste.

J'ai un reproche à faire à ce documentaire. Il est attachant par son coté personnel et amoureux, mais il est trop pédant, il manque de la joie, même s'il y a des moments comiques. La bande sonore de l'engueulade entre Belmondo et Melville sur le plateau de L'ainé des Ferchaux est d'anthologie.

Il est question de Gabin, de Renoir, de Carné, de Sautet, de Melville.

Gabin dit de Renoir qu'il était un cinéaste de génie et une ordure (il a écrit des lettres en 1940 pour dénoncer des juifs avant de s'exiler aux Etats-Unis) et qu'il ne pardonne pas au fils d'Auguste Renoir de s'être fait naturalisé américain (que penserait-il aujourd'hui que le fils d'un président de la république, Louis Sarkozy, ait fait ses études dans un lycée militaire américain ?).



Aucun commentaire: