vendredi, novembre 18, 2016

Pierre et Bill

Lors de la campagne électorale, Bill Clinton aurait eu avec Hillary et son équipe une très sérieuse engueulade sur  le thème « Vous avez tort de négliger le vote ouvrier, cela va vous jouer des tours » . Ce à quoi l'équipe aurait répondu en substance  : « Tu es bien gentil, mais tu ne sais pas compter, on n'a pas besoin du vote ouvrier pour gagner ».

On sait comment ça se termine.

Ceux qui ont de la mémoire se souviendront que Pierre Mauroy avait eu en 2002 le même genre d'altercation avec l'équipe de Lionel Jospin en déclarant que « socialiste » n'est pas un gros mot (on peut en débattre, mais on voit ce que Pierrot voulait dire). Le propos avait été accueilli avec toute la condescendance dont sont capables nos petits marquis de la bien-pensance. En gros, « Il perd ses boulons, le vieux ».

On sait aussi comment ça se termine.

L'intéressant est que deux hommes avec leur intuition et leur expérience ont fait mieux que les technocrates avec leurs modèles à la con. C'est plutôt rassurant, non ?


Aucun commentaire: