jeudi, décembre 29, 2016

Obama : que l'agonie est longue

Obama n'est pas le messie noir que les journalistes, toujours aussi cons, nous ont vendu. C'est une enflure de compétition, un enculé force 12 (sans vouloir faire de peine aux homosexuels). D'ailleurs, il vient de Chicago (pour ceux qui connaissent les Etats-Unis, ça veut dire beaucoup : Chicago a la réputation d'être la ville la plus corrompue).

Dans une manoeuvre à la fois dégueulasse et inédite, il fait tout pour savonner la planche de son successeur :

Obama fait feu de tout bois

Et comme tous les gauchistes, il raconte n'importe quoi :

At Pearl Harbor, Obama Twists History to Sell Agenda

Tout cela est impardonnable, mais pas incompréhensible.

Les gauchistes ont mieux compris que la droite molle façon Fillon à quel point Trump, son style, son comportement, ses idées et maintenant ses nominations menacent le règne du clergé politiquement correct.

La capacité de la gauche à dire le Bien, le Mal, le respectable et le blasphématoire, était la vraie source de son pouvoir, celui qui faisait que, même lorsque le gouvernement se disait de droite, il ne faisait une politique de droite que sur des sujets accessoires, pas sur l'essentiel (façon Chirac-Juppé ou Sarkozy-Fillon).

Or, Trump a été élu en résistant à l'Eglise de gauche, il a piétiné tous ses tabous, il est donc primordial qu'il échoue. C'est le même problème que tous les clergés qui expliquent que « dieu est de notre coté » : si « notre coté » perd les batailles les unes après les autres, on finit par ne plus croire ni en dieu ni au clergé.

Le danger est existentiel partout en Occident pour les gauches « Terra Nova », celles qui parient sur le fait qu'un assemblage hétéroclite de minorités fait une majorité. En effet, cela a été peu noté par des journalistes toujours aussi incompétents et biaisés, une des raisons de la victoire de Trump est qu'il a fait un score relativement bon chez les femmes, les noirs et les hispanos.

Alors que la gauche a oublié et le peuple et la nation, si Trump ou un autre réussissaient à montrer qu'on peut avoir du succès en transcendant le peuple dans la nation (vous êtes tous différents, mais vous avez en commun notre belle nation), c'en serait fini de la gauche terra-noviste.

Cela ne serait pas la première fois qu'un parti politique disparaît (les whigs en Grande-Bretagne, les rad-socs en France). Des imbéciles comme Juppé ou Fillon n'y ont rien compris, mais Valls et Obama, comme il s'agit de leur gamelle, ont bien pigé.






Aucun commentaire: