jeudi, février 09, 2017

Affaire Fillon : la droite molle ne peut s’en prendre qu’à elle-même

 Il n’y aurait pas d’affaire Fillon si la justice et la presse (et l’école) n’étaient pas exclusivement dans la main, et même dans la poigne de fer, de la gauche.

Or, la France a basculé à droite depuis les années 2000 (cumul des scores de la fausse droite et du Front National).

Pourquoi n’y a–t-il pas eu d’épuration ? Une épuration normale. Nul pouvoir démocratique n’est obligé de subventionner des medias qui le calomnient.

Patrick Buisson raconte que Laurent Joffrin (de son vrai nom, Mouchard, cela ne s’invente pas) est venu quémander quelques millions à l’Elysée pour sauver son journal Libération. Buisson a exhorté, avec bon sens, Nicolas Sarkozy à refuser : « Ils te trainent dans la boue. Numéro après numéro, ils t’insultent. Débarasse-t-en. Achève les. Refuse de les aider ».

Et Sarkozy de ne pas répondre franchement à Buisson. Et de biaiser. Pour finalement, donner les millions demandés.

Qui était premier ministre à cette époque ? Qui est assassiné par Laberration aujourd’hui ? François Fillon.

Alors, le sketch de Caliméro, c’est bien gentil. Mais il l’a peu cherché.


Aucun commentaire: