jeudi, mars 09, 2017

Primaires : le progrès fait rage

La tradition française était de trahir ses électeurs après les élections.

Les primaires introduisent une innovation qui mériterait un prix Nobel de la politique si ça existait : désormais, comme l'illustre abondamment François Fillon, on trahit ses électeurs avant les élections.

Le progrès fait rage.

Aucun commentaire: