lundi, mai 08, 2017

Comment faire émerger les personnalités anti-Système ? (2)

Comment faire émerger les personnalités anti-Système ? Cette question doit nous obséder pendant les cinq ans qui viennent.

Premier point à liquider tout de suite.

On va me reprocher, même si j'emploie le pluriel, d'avoir le culte, illusoire, de l'homme providentiel. Je l'assume : le lieu commun que seul le combat des idées compte et que les personnalités pour le mener apparaitront d'elles-mêmes, automatiquement, sans efforts et sans plan préconçu, et autant que de besoin, est une idée de perdants, de gens qui se cherchent une excuse commode parce que, justement, ils n'arrivent pas à faire émerger ces personnalités.

Il faut regarder les choses en face. Quand on laisse faire le hasard, on a Eric Zemmour qui est bon mais à des années-lumières de conquérir le pouvoir politique, Marine Le Pen qui est plus près de la conquête mais mauvaise comme un cochon ou Dupont-Aignan qui est plutôt bon mais qui a bien du mal à se faire entendre. En face, eux, ils arrivent à faire Macron.

Comment s'y prendre ?

Ces personnalités, il faut les détecter, les bichonner dans l'ombre, les sélectionner, puis quand elles sont prêtes, les pousser dans la lumière. C'est un des rôles des partis politiques, mais, comme il n'y a pas de parti représentant nos idées, il va falloir faire autrement.

Il est primordial, maintenant que la dédiabolisation des idées patriotes est en bonne voie (à défaut de la dédiabolisation de la famille Le Pen) d'occuper le terrain social, de faire son coming out patriote. Les idées patriotes, au moins sur l'immigration, sont majoritaires (d'après les sondages) mais sont socialement encore trop discrètes.

Une fois le patriotisme admis comme une idée politique honorable, ce qu'il n'est pas aujourd'hui (il est admis d'être vaguement patriote, abstraitement patriote, mais dès qu'on discute des mesures concrètes cohérentes avec ce patriotisme, c'est l'horreur sociale, l'équivalent de la marquise qui rôte en présence de la reine d'Angleterre), les patriotes se rendront compte qu'ils ne sont pas minoritaires et en position de faiblesse.

L'émergence de personnalités sera alors beaucoup plus naturelle et l'enchainement détecter, sélectionner, bichonner, promouvoir ne sera plus un raid vers le pôle Sud par un commando naturiste.

Pour l'instant, nous n'en sommes qu'au début, aussi étrange que cela puisse paraître car on se rappelle que le referendum de 2005 date d'il y a douze ans.

Aucun commentaire: