mardi, mai 23, 2017

Le déroutant réflexe des lemmings

A chaque attentat musulman, il se trouve des gens pour avoir le réflexe « Bougies, nounours, drapeaux en berne, tour Eiffel éteinte, marche blanche … ». Les attentats ne sont qu’un symptôme, voire un leurre. L’essentiel est ailleurs, dans l’invasion non-armée mais tout de même hostile (1) que nous subissons sans réagir. Remarquez bien que le porte-parole du gouvernement de MM (Messie Macron) a trouvé le moyen de dire que le danger était … au Mali !

Enabling Murder

Le sous-titre de cet article résume bien le problème politique : « Les  politiciens occidentaux s'inquiètent plus d'être taxés d'islamophobie que d'arrêter le massacre djihadiste ». Mais il est faux d'accuser les politiciens seulement : s'ils se comportent comme des enculés, des enfoirés, des salauds  (car ici, on parle de meurtres d'enfants que leurs décisions et leurs non-décisions ont rendu possibles), c'est parce qu'ils ont plus peur du qu'en dira-t-on médiatique et des djihadistes que de nous, leurs pacifiques concitoyens. Ils savent que nous ne leur ferons aucun mal alors qu'une saine et virile colère justifierait qu'on les pende, sans hésitations ni remords, au premier réverbère venu.

Dans quelques siècles, les historiens, s’il y en a encore, seront intrigués par notre capacité apparemment illimitée à contourner, à dévier ou à nier les problèmes provoqués par l’immigration musulmane en occident. Cette oblitération de l'instinct de survie est déroutante. Serge Federbusch appelle cela la marche des lemmings, ces rongeurs qui jettent en masse des falaises. Elle sera un objet d’étude, comme aujourd’hui la chute de l’empire romain.

KATIE HOPKINS: Despite all the politicians’ clichés of bravery, there is a sickness in our society - and I fear it’s terminal

Sur les photos, on voit une pancarte « Manchester united against hate ». « Against hate » ? Are you sure ?

Je comprends bien le mécanisme de ces folies : beaucoup sont tellement paumés qu’ils sont prêts à toutes les soumissions pour préserver leur petite vie et leur petite tranquillité. Plutôt rouge, brun (oui, même brun), vert, n’importe quoi, plutôt que mort. N’importe quoi, plutôt qu’un début de commencement de tentative de virilité. Après, on se trouve de bonnes raisons , on trouve que l’islam, ce n’est pas si mal. Houellebecq a très bien décrit cette mentalité. N’étant, au fond, plus rien, ils n’ont rien à défendre. Les salafistes ont bien raison de reprocher aux terroristes leur impatience : sans les attentats, nous nous laisserions islamiser avec encore moins de réactions, ce qui n’est pas peu dire.

Bien sûr, l’histoire est pleine de civilisations qui se sont laissées mourir. Mais c’est une chose de le lire, c’en est une autre de le vivre.

******************
(1) : même les études de l’archi bien-pensante Institut Montaigne ne laissent aucun doute sur l’hostilité à notre civilisation des arrivants.

C'est cette histoire anglaise :

Au milieu de la Manche, les douanes britanniques trouvent deux malheureux immigrants clandestins sur un bateau à moitié submergé :

> Qui êtes vous ?

> Nous sommes l'invasion !

> Vous vous foutez de nous : deux pékins sur un radeau, l'invasion ?

> Les autres sont déjà arrivés.


Aucun commentaire: