jeudi, octobre 12, 2017

Éric Zemmour : « La haine, c'est mal, l'amour, c'est bien »

Éric Zemmour : « La haine, c'est mal, l'amour, c'est bien »

Le problème est en réalité fort simple, même s’il est très politiquement incorrect de le dire.

Les anormaux physiques, les handicapés, sont obligés par la force des choses d’assumer leur anormalité. Les anormaux mentaux, comme les homosexuels, ne présentant aucun signe extérieur d’anormalité, peuvent prétendre qu’ils sont normaux et, pour se conforter dans ce mensonge à eux-mêmes, ils essaient de forcer (hélas, avec un certain succès) la société à changer sa définition de la normalité, de façon à les aider à ne pas assumer leur anormalité. Bref, on pourrit les repères de notre société (sexe, mariage, paternité, maternité, mais aussi autochtone/étranger etc.) pour aider des déviants à pas s’assumer.

Dit autrement : « Je suis le centre du monde. Si la société me considère comme anormal, ce n’est pas à moi de remettre en question, c’est la société qu’il faut changer ». Une fois le sabotage de la société commencé pour satisfaire l’ego de quelques cinglés (Artaud (1), Deleuze (2), Foucault (3), etc.), il est bien difficile de l’arrêter.

Jadis, des abrutis de ce genre finissaient au bucher, en prison ou à l'asile. C'était dommage pour eux mais excellent pour la société et et pour le bien commun, au bénéfice des millions d'hommes qui y vivent et leurs descendants.

Un handicapé qui essaie de surmonter son handicap en pratiquant des activités difficiles est respectable, parce qu'il ne nie pas son handicap. Une homosexuelle qui essaie de faire un enfant sans homme est grotesque.

Il y a donc bien un rapport entre le fait que l’auteur cité par Zemmour soit homosexuel et sa vision irréaliste, grotesque et destructrice de la société. Je me demande ce qu’Oscar Wilde, qui était réaliste au point du cynisme, en aurait pensé.

Zemmour en milieu hostile :



****************
(1) : malade (syphilis) et drogué toute sa vie, il rêvait d’un corps sans organes.

(2) : qui voulait remplacer la famille par la meute.

(3) : dont l’idéal était les boites sado-maso homosexuelles de Californie.

Aucun commentaire: