jeudi, novembre 30, 2017

Nancy Wake

Juste pour vous rappeler que toutes les femmes ne sont pas les victimes hystériques et geignardes, le sexe faible, qu’on nous montre exclusivement depuis quelques temps.

Nancy Wake est une Australienne née en 1912. Jeune femme plutôt bien faite (elle saura en jouer), mariée, journaliste. Normale, quoi.

Sa particularité ? Elle est la femme la plus décorée de la seconde guerre mondiale.

Courrier d’un réseau d’évasion, elle réussit à délivrer son chef pris par la Gestapo. Capturée, torturée, elle est libérée faute de présomptions suffisantes (sa fausse identité a tenu, elle n’a pas été identifiée). Son mari meurt sous la torture.

Elle rentre en Angleterre en passant par l’Espagne. Parachutée en Auvergne, elle coordonne les livraisons d’armes aux maquis. Participant de nombreux sabotages et actions, elle tue une sentinelle du tranchant de la main, comme dans les films, lors de l’assaut du local de la Gestapo de Montluçon.

Après la guerre, elle se remarie et fait de la politique.

Je doute que sa réaction vis-à-vis d’un Harvey Weinstein aurait été le tweet hystérique dix ans après.

Aucun commentaire: