vendredi, novembre 10, 2017

Pierre-Yves Rougeyron d'octobre

J''aime bien Pierre-Yves Rougeyron.

Pourtant, son arrogance lui fait émettre des jugements péremptoires qui le ridiculisent souvent.

Quand il fait une remarque méprisante sur Reynald Secher ou qu'il fait l'éloge de Mélenchon, de Guevara et Maduro sous prétexte du nationalisme de l'anti-bourgeoisisme communistes, j'ai envie de lui dire : « Mon petit gars, tu as une bien grande gueule, mais tu penses trop et tu ne travailles pas assez de tes mains. Tu serais un peu plus modeste dans ton expression et plus humain et tu comprendrais des choses qui ne sont pas dans les livres, en tout cas, pas dans ceux qui traitent de politique et de philosophie, comme par exemple  le désespoir de vivre en régime communiste, qui fut le mieux rendu par les poètes ».






Aucun commentaire: