mercredi, novembre 15, 2017

Un Américain à Paris (en 1940)

Le 10 juin 1940 (une journée d’agonie, d’après De Gaulle), le gouvernement français, présidé par Paul Reynaud, quitte Paris, devant l’avancée allemande.

A qui Paul Reynaud confie-t-il le soin de la capitale ? Au préfet de police ? Au président du conseil municipal ? Au gouverneur militaire ?

Non, à l’ambassadeur américain, M. William Bullitt ! On dit même (à vérifier) qu’il le nomme maire de Paris à titre provisoire.

Je comprends assez facilement les raisons qu’avait Paul Reynaud d’agir ainsi. Je regrette qu’il n’ait pas compris les raisons qui aurait du s'imposer à lui de ne pas agir ainsi.

Digression (à peine) : le consul américain auprès du gouvernement français est très choqué des interventions défaitistes permanentes d’Hélène de Portes, la compagne de Reynaud. Cela rappelle irrésistiblement la description que Patrick Buisson fait de l’influence de Carla Bruni sur son époux. L’uchronie Et si la France avait continué le guerre commence en avançant de quelques jours la mort accidentelle d’Hélène de Portes. Cependant, n'exagérons pas son influence : Reynaud n'avait besoin de personne (j'allais écrire « était assez grand », mais justement, il n'était pas grand) pour faire fausse route.


Vingt ans plus tard, Paul Reynaud s'opposera à De Gaulle sur l'élection présidentielle au suffrage universelle, sans comprendre ce que cette opposition, venant de lui, avait d'indécent, De Gaulle ne cachant pas qu'une de ses justifications était d'éviter la répétition des journées épouvantables de juin 40.

Maxime Weygand aussi était un petit homme dans tous les sens du terme. De Gaulle a bien fait de lui refuser les obsèques nationales, non par mesquinerie mais à cause du rôle très néfaste qu'il a joué pendant la seconde guerre mondiale.

Tout au long de ce désastre national de l'été 40, Reynaud fut l’homme des petits calculs, il ne sut à aucun moment s’élever à la hauteur des événements. La différence de taille avec De Gaulle est frappante, d’où la différence d’élévation ? Malédiction des petits ? Mystère de la nature.




Aucun commentaire: