mardi, septembre 11, 2018

Bientôt la guerre ?

Please write to your MP now without delay - War, terrible war, may be on the way again.

Je ne suis pas toujours d'accord avec Peter Hitchens, mais je lis toujours ses chroniques avec grand intérêt.

Ceux qui réfléchissent (non, pas vous, électeurs de Macron, passez votre chemin, vous êtes les pigeons de la manipulation médiatique. Je n'écris pas pour les crétins) sentent bien le parfum de montée vers la guerre désormais classique en Occident (Irak 1, Kosovo, Irak 2, Libye ...) :

♘ désignation d'un grand méchant forcément émule d'Hitler (pourquoi jamais de Staline ?)

♘ atrocités inhérentes à toute guerre désignées comme insupportables crimes contre l'humanité

♘ ardente nécessité d'intervenir très vite, c'est-à-dire sans réfléchir, sans douter de l'honnêteté de nos dirigeants et sans aucun contrôle démocratique ...

Vraiment, un grand classique.

Je vous rappelle au passage les critères de Volkoff pour reconnaître la désinformation :

1) Tout le monde dit la même chose. L'Huma et le Figaro sont d'accord. Dans le monde réel, avec toutes ses complexités, c'est impossible. Nous sommes donc en face de la désinformation.

2) Nous sommes informés jusqu'à saturation d'un certain coté du problème et pas du tout des autres.

3) Tous les bons sont d'un coté et les méchants de l'autre.

4) L'acquiescement de l'opinion débouche sur une psychose collective.

Rappelons aussi que, d'après Volkoff, la désinformation la plus réussie est d'avoir implanté la croyance que tout est économique (macronistes, encore une pierre dans votre jardin).

Bruno Bertez a détecté le même parfum de ses sensibles narines :

JEUX DE GUERRE, JEU DE MAINS, JEU DE VILAINS,UN JOUR OU L’AUTRE IL FAUDRA QU’IL Y AIT LA GUERRE, ON LE SAIT BIEN…

La raison de cette montée vers la guerre est limpide (les petits gnenfants gazés, c'est pour les gogols) :

***********
Depuis la crise de 2008, depuis la fin de la coopération internationale en 2013, depuis le début de la déglobalisation : « un jour ou l’autre il faudra qu’il y ait la guerre, on le sait bien … »

Les USA n’acceptent pas la mutation d’un monde qui s'écarte de l’ordre qu’ils ont instauré grâce à la Seconde Guerre Mondiale et les autres, les puissances montantes ou ressuscitées ne veulent plus de l’unilatéralité camouflée sous les caresses doucereuses de la soft politique.
***********

 C'est le piège de Thucydide :

Destined for war. Thucydides' trap (G. Allison)

A ces raisons géographiques s'en ajoutent deux autres qui se complètent :

1) Les banques centrales arrivent au bout de leurs politiques dites non-conventionnelles. Une « bonne guerre » est le prétexte tout trouvé à des mesures encore plus confiscatoires, au nom du patriotisme. Comme de bien entendu.

Cela permettrait aussi de détourner l'attention à un moment crucial des négociations du Brexit.

2) Donald Trump est engagé dans une politique isolationniste, c'est de plus en plus clair. Il fait beaucoup de bruit avec la bouche, il donne des gages aux bellicistes, mais le schéma général est de plus en plus difficile à nier : les légions américaines repassent la mer et rentrent chez elles. Ou du moins, c'est ce qui arriverait si Donald Trump était libre. Comme les élections de mi-mandat arrivent et qu'il n'est pas du tout sûr que Trump les perde, l'Etat Profond, impérialiste et anti-Trump, a tout intérêt à déclencher la guerre avant.

Beaucoup de raisons pour qu'il y ait une guerre.

Maintenant, il n'est pas sûr que ça marche. La crédibilité des gouvernements occidentaux sur les questions de guerre et de paix est réduite à zéro après tant et tant de mensonges moralisateurs. Il est tout à fait possible que cela suffise à empêcher la guerre : l'hystérie aussi est une arme qui s'use.










Aucun commentaire: