vendredi, novembre 23, 2018

Arnhem (A. Beevor)

Disons le tout de suite, je préfère le livre de Cornelius Ryan, Un pont trop loin. Tout simplement, mieux écrit.

Beevor dit ce que seul un Anglais peut dire sans retenue : l’opération Market-Garden est mal conçue, mal préparée et mal exécutée à cause de l’incompétence, de l’hypocrisie et de la vanité du maréchal Montgomery.

Et Eisenhower, sans être mauvais comme un cochon, n’était pas vraiment bon, ce n’était pas un Von Manstein. Il laissa par deux fois fin 1944 passer l’occasion d’abréger la guerre, avec Patton (septembre), puis avec Devers (novembre) qu'il n'aimait pas. Patton a très sévèrement critiqué le choix du front large et les Allemands sont plutôt d’accord.

Quelques éclairages :

1) En septembre 1944 et en Belgique, la priorité était de dégager le port d’Anvers, pas de traverser le Rhin. L’amiral Ramsay l’avait expliqué à Montgomery qui n’avait rien voulu entendre, obnubilé par l’idée de prouver sa supériorité aux Américains. Et Eisenhower est resté passif.

2) Franchir le Rhin à l’endroit le plus difficile (7 cours d’eau majeurs à traverser !) pouvait se concevoir, mais seulement dans des conditions qui n’étaient pas réunies du tout : image précise et fiable des dispositions ennemies (or, les renseignements qui arrivaient étaient négligés), audace des commandants de blindés (les cavaliers britanniques firent plusieurs fois montre d’un manque de dynamisme qui aurait mis un Patton ou un Leclerc dans une rage folle), logistique impeccable (ce fut très loin d’être le cas).

3) Lors de l’exécution, il y a eu un manque d’imagination et d’initiative difficilement explicable pour des troupes expérimentées. Peut-être le manque de préparation.

Très symptomatique de l'American way of war : ni Marshall, ni Eisenhower, ni Bradley n'ont l'expérience du combat  (contrairement à Patton et à Mc Arthur) ! Ce sont des administrateurs en uniforme. Inimaginable dans une armée européenne de l'époque (par contre, en 2018, il n'y a plus que ça).

Evidemment, l'armée allemande a fait comme d'habitude : elle a contre-attaqué avec mordant.

Dernière dégueulasserie de ce malheureux épisode qui en comporte beaucoup : Montgomery (dire que c'était un mesquin est un euphémisme) s'est servi du Polonais Sosabowski comme bouc-émissaire, alors qu'il n'y était vraiment pour rien.


Aucun commentaire: