jeudi, novembre 29, 2018

Gilets jaunes et intelligence collective

Je ne suis pas un grand démocrate. Et la démocratie participative, c’est encore moins mon truc. De plus, je pense que l’intelligence des occidentaux s’effondre.

Pourtant, je trouve que les gilets jaunes font preuve d’intelligence collective :

1) Ne pas avoir de chef ni de représentant, c’est génial. Ca évite la corruption habituelle, la magouille entre achetés, la fausse opposition, les syndicats faussement revendicatifs.

2) Les revendications en apparence contradictoires (bien que demander plus de services publics en campagne, moins d’impôts sur les pauvres, plus sur les riches, ce n’est pas si contradictoire) empêchent les mesurettes (les gros bourrins des medias ont du mal à comprendre que cette incohérence est plutôt un atout).

3) Refuser d’écouter en attendant des mesures factuelles prévient en partie les entourloupes de la « communication », c’est-à-dire de la manipulation professionnelle.

Nous sommes plus dans une situation révolutionnaire, où c’est le fonctionnement de la société qu’on met en cause, que dans une revendication catégorielle. Je ne crois pas que la situation soit encore mûre pour une vraie révolution (il ne faut pas se laisser emporter par le romantisme), mais c’est la tendance.

Quelle que soit la suite des événements, la fonction a créé l'organe : c'est parce que la démocratie représentative a fait faillite, parce que, concrètement, les hommes des partis politiques (1) et des syndicats (et, plus largement, de tous les corps intermédiaires, Eglise comprise) ont trahi leur mission représentative, préférant profiter benoitement des délices de l'intégration dans un système oligarchique confortable (2), que les gilets jaunes ont créé cette démocratie non-représentative spontanée et inédite.

Le destin « normal » est des gilets jaunes est d'être récupérés et phagocytés par les partis traditionnels (3).

Je suis curieux de la suite. Nous vivons des temps inquiétants mais passionnants.

Comparaison n’est pas raison… mais n’est pas forcément con non plus. La grande concertation lancée par Emmanuel Macron pourrait-elle déclencher unprocessus similaire à celui des Etats-généraux de 1789 ?




************
(1) : en unissant les bourgeoisies de droite et de gauche, Emmanuel Macron a dévoilé l'imposture de la fausse alternance droite-gauche (qui en réalité sont d'accord sur l'essentiel, je ne vous fais pas la liste) et validé la notion d'UMPS popularisée par le FN. Mais le système est plus vaste : c'est l'UMPSFN. Le FN garantit que l'UMPS restera indéfiniment au pouvoir, puisqu'il empêche l'émergence d'une opposition plus sérieuse. Il faudrait une alliance FI + FN, façon M5S + La Liga en Italie, pour vraiment ébranler le Système. C'est peu probable.

(2) : le sous-titre du livre célèbre de Christopher Lasch La révolte des élites était La trahison de la démocratie. Tout est dit.

(3) : c'est dommage, je ne connais pas assez l'histoire du mouvement des Tea Parties aux Etats-Unis pour faire un éventuel parallèle. Ils on probablement contribué à l'émergence de Trump.


Aucun commentaire: