dimanche, novembre 25, 2018

Gilets jaunes : « Le peuple n'a ni raison ni tort, il décide »

Gilets jaunes : « Le peuple n'a ni raison ni tort, il décide »

C'est l'essence même de la démocratie  : le peuple est souverain, non parce qu'il a toujours raison, il ne s'agit pas de diviniser le peuple, mais parce qu'il est seul légitime à le faire (il manque juste un roi au-dessus pour symboliser le spirituel).

*************
« Beaufs », « racistes », « pas éduqués »... les « Gilets jaunes » n'ont pas échappé aux insultes ni au mépris, note Nicolas Vidal. Selon lui, cette attitude est caractéristique d'une élite libérale et mondialisée qui ne comprend ni n'écoute plus les classes populaires.
*************

En tant que Parisien d'importation, j'en connais des palanquées de ces demi-intellos qui se croient bien meilleurs que le peuple (écolos, végétariens, non fumeurs, féministes -mais pas en banlieue islamique, trottinetteurs, ...). Ils sont risibles car rien ne justifie leur vanité : ils sont au moins autant que ceux qu'ils méprisent le jouet de l'endoctrinement.

De plus, ce sont des enculés d'hypocrites : ils prônent l'ouverture mais eux ont les moyens financiers et sociaux de ne pas en subir les désagréments et ne s'en privent pas (ils vivent dans les bons quartiers, contournent la carte scolaire, ils compensent en partie le naufrage scolaire etc.).

On nous dit que Darmanin et Philippe ont des origines modestes. Mais, comme le dit Christophe Guilluy, c'est le destin de la plupart de ceux qui montent de trahir leurs origines (je le vois tous les jours -et ce n'est pas une image, j'ai les noms).

Le guignol en chef est finalement bien représentatif de ces gens :



Et :


Comment en sort-on ? C'est simple, je n'ai pas varié d'un iota de l'analyse de Philippe Seguin en 1992 (cet excellent discours dit tout et prévoit tout. Regardez le si vous ne le connaissez pas: ce sont 2h très bien employées) l'Euro est l'arme de l'oligarchie mondialisée pour vider de sa substance la démocratie dans les pays européens (1). L'invasion migratoire est l'autre branche de cette tenaille (2).



Comme Jeanne d'Arc, il faut aller à l'essentiel : on en sort en sortant de l'Euro. Tout le reste, c'est du bruit avec la bouche.

Les gilets jaunes, ces manants au sens étymologique (ceux qui restent), nous rapprochent-ils de l'éclatement de l'Euro ? Oui, dans la mesure où tout ce qui introduit un peu de réalité dans la vie politique fragilise ce monstre technocratique qu'est l'Euro.

Les possédants ont peur de la sortie de l'Euro ? La question qui se pose à eux est simple, c'est celle du patriotisme : préfères-tu la France ou ton patrimoine ? Certes, en réalité, la perte de patrimoine ne serait pas si importante qu'ils croient, voire nulle, mais c'est bien l'épouvantail qu'on leur agite et comme le courage n'est pas une vertu bourgeoise, ces cons votent Macron, au moins au second tour.

Je suis assez optimiste à long terme, disons à l'horizon 10-15 ans, mais, en attendant, ça va tanguer fort.

***********
(1) :



(2) : chacun aura remarqué la blancheur des gilets jaunes. Les colorés ne s'intéressent pas à la France mais à leur communauté (sauf, bien entendu, quand ils sont aussi français qu'un Auvergnat, comme dans nos vieux DOM-TOM).

Aucun commentaire: