jeudi, janvier 03, 2019

Gilets jaunes : il est trop tôt pour parler de pacification démocratique

Ran Halévi : « “Gilets jaunes”, le succès et l'impasse »

Ran Hélvi a raison : il faudra un jour que les GJ s'exprime à travers un processus démocratique.

Mais c'est trop tôt.

D'où vient le, désormais fameux, déficit démocratique (qui fait que 60 % du peuple français n'est pas représenté et que des politiques largement majoritaires comme l'arrêt de l'immigration ne sont  pas appliquées) ?

D'une capture des institutions par l'oligarchie mondialisée à travers divers moyens : gouvernement des juges et des traités, perversion de la Vème république (extension des pouvoirs du CC, quinquennat, non-respect du référendum de 2005, abandons de souveraineté) ...

Or, cette cause fondamentale n'étant pas traitée, l'oligarchie mondialisée s'accrochant toujours autant au pouvoir, la réintégration précoce du processus démocratique par les GJ conduirait inévitablement à une défaite et n'aurait de démocratique que les apparences.

La vraie démocratie consiste d'abord à faire lâcher le manche à l'oligarchie, par tous les moyens,  et à créer une vraie alternative. Et ensuite seulement, les électeurs auront le choix et la démocratie pourra fonctionner.

C'est pourquoi la démission de Macron me paraît toujours une exigence sensée.



Aucun commentaire: