jeudi, février 07, 2019

Le gouvernement prisonnier de la police

Puisque le gouvernement  Macron, ayant consciencieusement détruit son peu de légitimité, n'a plus que la répression pour se maintenir au pouvoir, il est obligé de céder aux trois outils de cette répression : police, justice, médias.

Pourquoi le gouvernement refuse d'entendre parler de violences policières | Slate.fr

Alors, évidemment, les Gilets jaunes qui espèrent que la police change de camp, ils croient au père Noël. Le courage moral n'est pas la qualité principale des policiers. En aout 1944, quand la police a-t-elle changé de camp ? Une semaine avant la Libération (néanmoins, il y a eu auparavant des actes de courage individuels indéniables). D'accord, ils sont surveillés comme le lait sur le feu, ce qui ne facilite pas la révolte. Mais quand même.

Bref, ce jeu de « Je te tiens, tu me tiens » est déshonorant pour les deux parties. Il est vrai que, dans la France d'en haut, l'honneur, ça fait longtemps qu'on a oublié ce que c'était.



Aucun commentaire: