lundi, juin 10, 2019

Bourgeois cathos : bourgeois d'abord, cathos si ça ne coûte pas grand'chose.

Nous discutions hier soir, autour d'une bonne bouteille et de homards (1) avec un ami qui connaît bien la population de bourgeois cathos (Neuilly, Versailles, XVIème et leurs équivalents provinciaux). Ils ont massivement voté Macron.

Nous sommes tombés d'accord qu'il n'y avait là aucune surprise, qu'à de rares exceptions hautement louables, ce sont des hypocrites, des pharisiens et des sépulcres mal blanchis, et que, lorsque les choses vraiment sérieuses sont en jeu, c'est-à-dire que leurs intérêts pécuniaires ont menacés, ils oublient de suite leurs prétendues convictions religieuses. C'est vrai dans la vie publique (le vote Macron (2)), mais aussi dans la vie privée (en cas de mésalliance qui menace l'héritage, la charité chrétienne s'évanouit à une vitesse sidérante).

Il y a quelques mois, Eric Zemmour posait la question (que je soupçonne d'être réthorique de sa part) de savoir si les bourgeois cathos de la Manif Pour Tous choisiraient d'être du coté du peuple avec les Gilets jaunes ou du coté de leurs intérêts avec Macron. Nous avons désormais la réponse, et je serais très surpris ... si elle avait surpris Zemmour.

Il connaît l'histoire, il sait qu'à part en 1914 et en 1958, la classe bourgeoise fut du coté de la trahison.

Nous ne sommes pas les seuls à le penser (commentaire du Figaro) :



Ces gens-là aiment beaucoup l'argent. Ils ne feraient pas la folie, comme certains pauvres, d'être généreux de leurs deniers. Ils donnent plus volontiers leur temps que leur argent.

J'ai longtemps cru que c'était parce que les familles nombreuses coûtent cher. Mais j'en connais maintenant plusieurs où les enfants sont casés et la ladrerie n'a pas reculé.

Benoit Malon, ancien communard, en 1881 : « Quand les choses vraiment graves sont en jeu, c'est-à-dire leurs intérêts financiers, [malgré leurs divisions politiques apparentes], les bourgeois se retrouvent unis comme un seul homme pour se défendre ».

Ces bourgeois cathos posent deux problèmes :

1) ils pourrissent la politique par leur anti-patriotisme.

2) plus grave, ils pourrissent l'Eglise. Si les disciples du Christ sont des pensionnaires du Rotary, quelle valeur a Son message ? On dit que le pape François déteste les catholiques européens parce qu'il les prend tous pour des Versaillais. Il devrait mieux se renseigner, mais, dans cette limite, je le comprends.

*****************
(1) : homards (on en trouve en soldes) : 15 minutes thermostat 9, vous les coupez en deux dans le sens de la longueur (vous pouvez presser le contenu des têtes pour l'incorporer à une mayonnaise) et vous les flambez au cognac ou, plus original, au whisky (il faut bien que ce médicament anglais serve à quelque chose).





(2) : les surplus d'impôts Macron ne leur font pas plaisir, mais c'est peanuts par rapport à ce que leur couterait une vraie réforme économique comme la sortie de l'Euro.

Aucun commentaire: