samedi, janvier 18, 2020

Pourquoi il ne faut rien faire de sérieux avec Allemands.

Extrait du Figaro :

***********
Le coup d’éclat de Munich a marqué l’histoire du terrorisme international. Il a été un tournant dans la restructuration des services de sécurité des pays occidentaux. Les forces de l’ordre allemandes avaient, lors de l’assaut, brillé par leur incompétence, leur impréparation et leur médiocrité. Peu avant le début de l’opération, l’avion mis à la disposition des terroristes pour s’enfuir avait été déserté par les policiers allemands d’élite à la suite d’un vote. Ils étaient rentrés chez eux sans consulter leur hiérarchie. Quant aux tireurs placés autour de l’appareil, ils avaient été recrutés à la hâte dans des clubs de tir de la région. Ils étaient moins nombreux et moins bien équipés que les fedayins lourdement armés, leurs fusils n’avaient pas de lunettes, ni d’équipement de vision nocturne et ils ne portaient pas de gilet pare-balles. Appelés en renfort, les véhicules blindés étaient arrivés trop tard car pris dans des embouteillages.
***********

Certes, c'était en 1972. Mais c'est quand même révélateur d'un pays de mollusques.

Ils ne savent que pousser leurs lois, leurs circulaires, leurs règlements. De vraies gonzesses. Très chiantes. Genre emmerderesses.

Les Israéliens, c'est un autre genre :

***********
La réaction israélienne fut impitoyable. Pour « venger Munich» , le Mossad, lança l’opération « Colère de Dieu ». Une liste noire, la « liste Golda » du nom du premier ministre israélien de l’époque, Golda Meir, fut dressée. Un à un, les responsables de l’OLP mêlés à la tuerie, ainsi que des représentants palestiniens en Europe, furent abattus. Le Mossad répandit la panique en diffusant avec chaque élimination la nécrologie de la future victime dans les journaux arabes locaux et en envoyant des fleurs et des messages de condoléances aux familles. Trente-cinq Palestiniens périrent. Parmi les cibles, un Marocain tué en Norvège devant sa femme enceinte. Ahmed Bouchikhi, serveur de café, ressemblait à Hassan Salameh. Il était le frère de Chico Bouchikhi, le guitariste des Gipsy Kings. En 2005, Steven Spielberg a fait de Munich un film.
***********



Aucun commentaire: