mardi, mars 24, 2020

La tyrannie Macron ne vient pas, elle est là et l'épidémie lui sert de prétexte.

La bonne politique contre le coronavirus COVID-19, au bout de 4 mois d'épidémie, est connue sans aucun doute possible, ce n'est pas une hypothèse à valider par 20 ans d'essai, puisque des pays entiers l'ont utilisée avec succès :

🌡 Protéger les soignants.

🌡Dépister massivement.

🌡 Confiner les positifs, les soigner, leur donner le plus tôt possible un cocktail choloroquine + antibiotique (on se focalise sur Raoult, mais c'est un leurre : le fait que de nombreux pays utilisent la chloroquine contre le COVID-19 suffit à régler la question).

🌡 Le confinement strict généralisé ne fait pas partie de ces bonnes techniques.

Or, le refus obstiné du gouvernement Macron de ne pas utiliser cette bonne politique apparaît, le temps passant, non pas comme le fruit de l'incompétence mais comme un choix délibéré.

Refus de réquisitionner des usines et de faire un effort national pour fabriquer des masques, des respirateurs et de la chloroquine. Non utilisation de lits dans les hôpitaux privés. Refus de l'aide proposée par la Corée et par la Chine.

Mais la preuve la plus marquante est encore et toujours la chloroquine : saisie des stocks pour que personne ne puisse l'utiliser et mise en place en place de la chloroquine dans un protocole destiné à échouer (utilisation tardive de la chloroquine seule, au lieu d'utilisation précoce de la chloroquine combinée).

Autrement dit, le gouvernement Macron cherche par tous les moyens à ne pas appliquer la bonne politique contre l'épidémie, et cela semble tellement systématique qu'il devient difficile d'invoquer l'incompétence. Pourquoi ? La seule réponse qui vient à l'esprit est : pour justifier et prolonger le confinement.

Le confinement est donc devenu un but en soi et l'épidémie un prétexte. Le gouvernement ne tente pas de juguler l'épidémie mais de la prolonger pour prolonger et durcir le confinement.

Je redoutais une tyrannie Macron, nous y sommes.



Aucun commentaire: