lundi, avril 27, 2020

Avis scientifiques contradictoires. Comment s'y retrouver ?

En ce moment, c'est la foire aux avis scientifiques. Comment s'y retrouver ? Quelques pistes. Il s'agit des sciences aux causalités incertaines. Le modèle de la physique, très mathématique, est trompeur.

Prenons l'exemple de l'épidémie.

1) Exercez votre jugement. Rien ne vous délivrera de l'incertitude.

Face à l'inconnu, il n'y a pas de gourou, de maître qui a toujours raison. Pas de théorie absolue. Personne n'a la vérité absolue. Einstein a dit beaucoup de conneries, Raoult aussi.

Rien ne vous délivrera du poids de l'incertitude. Assumez le. Faites de l'incertitude un indicateur : si vous devenez trop certain, c'est que vous êtes au train de vous planter.

2) Faites l'entonnoir : des ordres de grandeur aux mécanismes, pas l'inverse.

Si vous allez des mécanismes aux ordres de grandeur, c'est un processus divergent qui vous fera penser beaucoup d'absurdités.

Si vous croyez avoir compris comment fonctionne le virus et que vous essayez d'en déduire le nombre de victimes, vous introduisez un risque d'erreur à chaque étape (transmission, contamination, infection, développement ...).

A l'inverse, commencez par raisonner sur les ordres de grandeur, vous minimisez les hypothèses et donc les erreurs possibles.

Si vous dites qu'un virus à propagation rapide et qui a fait 20 000 morts en France en trois mois ne pourra pas en faire plus de 100 000, vous n'avez que deux sources d'erreur : le nombre de morts mesuré et la rapidité de propagation. Vous avez donc une fourchette relativement restreinte : 20 000-100 000.

Les modèles basés sur les mécanismes, qui ont besoin d'hypothèses taux de contagion, de taux de contamination et de taux de mortalité, ont annoncé une fourchette de 50 000-500 000 morts !

Raisonnez de la macro vers la micro. Ce n'est pas infaillible, mais ça minimise le risque d'erreur.

3) N'ayez pas le fétichisme des chiffres.

Les chiffres sont trompeurs. Raisonnez en ordres de grandeur, « avec les mains ».

Si vous avez besoin de 12 chiffres significatifs ou si vous utilisez plus de 3 nombres pour expliquer un phénomène, c'est que vous faites fausse route.

Le tableau Excel à 300 lignes et 400 colonnes, c'est juste pour faire mousser le débile qui l'a fait.

Ne vous fiez jamais aux modèles numériques. C'est de la propagande.


4) Faites la part de l'inconnu et du non-linéaire.

Il faut faire la part de l'inconnu : les krachs arrivent, le climat peut diverger, le virus arrive.


5) Utilisez l'historique

Des krachs sont déjà arrivés, donc il est probable qu'il y en aura d'autres.

En revanche, on n'a jamais vu le climat diverger et les mutations dangereuses de virus en cours d'épidémie sont rarissimes.

Essayez de raisonner par analogie.

Ca met en perspective le le paragraphe précédent. C'est très important, sinon vous laissez emporter par le flux de l'hystérie.

6) N'ayez pas le fétichisme de la méthode.

La plupart des découvertes scientifiques sont arrivées par hasard ou par intuition (il faut des gens suffisamment bons pour attraper les coups de chance par les cheveux) et ont été validées par l'usage et par l'habitude.

Les fétichistes de la méthode, comme les anti-Raoult, sont des ignorants de l'histoire des sciences et, surtout, des gens incapables de supporter l'incertitude que je mentionne au départ. On retrouve la même faiblesse psychologique, philosophique, chez les fétichistes du chiffre.


Aucun commentaire: