dimanche, mai 10, 2020

Miracle du COVID : je suis d'accord avec Libé ! (Si j'étais président ...)


Cesser d’exister pour rester en vie ?

************
Par conséquent, je veux bien croire que chacun a fait de son mieux, et que tout a été fait « pour le bien commun ». Mais j’observe alors que, quand les hommes sont égarés comme nous le sommes, les meilleures intentions se retournent contre eux. En l’occurrence, avec toute notre intelligence, notre science, nos technologies, etc. nous avons réagi à la crise de façon tellement déshumanisée et déshumanisante, tellement irrationnelle derrière les apparences de la plus grande rationalité, que cela signe sans appel la fausseté parfaite de notre vision du monde, de notre mode de pensée, du sens que nous avons, ou prétendons avoir, de notre humanité même. 

Nous avons pourtant tous lu 1984 de George Orwell ou le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley… déjà ces auteurs que nous admirons – de façon visiblement aveugle – décrivaient exactement ce monde de l’avenir dont les maîtres et les masses pensent qu’ils en font chaque jour un peu plus un paradis, alors qu’il devient lentement mais sûrement une absurde prison. Je ressens la même chose actuellement en entendant les uns et les autres répercuter en boucle, appliqué à notre situation, tout le vocabulaire « idéal » : protection, sécurité, santé publique, responsabilité, solidarité, intérêt général. Mais comment retrouver dorénavant la moindre confiance en toute cette rhétorique, et, au-delà des mots, une confiance en nous-mêmes, en ce que nous sommes, en ce qui fonde notre existence personnelle et collective, en notre trajet de civilisation, alors que nous avons failli à ce point ? Comment nous relever désormais de cette faillite… que d’aucuns ne manqueront pas demain de célébrer, pour le vendre à leur profit, comme « une grande victoire de l’humanité unie » contre le mal d’un maudit virus ? 
************    

Ceux qui ont encore un cerveau en état de marche, pas prisonnier de la psychose, savent que le confinement généralisé a été depuis le début une mesure stupide et même criminelle, prise par des gouvernements de panique (pourquoi y a-t-il eu tant de gouvernements saisis de panique ? Parce que nous vivons dans un monde littéralement fou). C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle ne se trouve dans aucun plan sanitaire anticipant une épidémie.

On peut me dire « La critique est facile, que ferais-tu si tu étais président ? ». Simple et de bons sens (hélas, la simplicité et le bons sens, les deux qualités qui manquent le plus à nos dirigeants qui confondent complexité et intelligence) :

1) Déconfinement généralisé. Recommandation aux plus de 60 ans de faire attention.

2) Masques obligatoires (plus pour des raisons psychologiques que sanitaires).

3) Liberté de prescription des médecins de ville. Recommandation de bon sens : diagnostiquer, isoler, soigner.

Voilà, pas de noeuds au cerveau, pas de fascicule inapplicable de 68 pages. de la simplicité, de l'intelligence.

Aucun commentaire: